Tout sur cbfa

Ce fauteuil de gouverneur de la Banque nationale, Luc Coene en rêvait depuis longtemps. Et pour cause. De l'avis général, il a le bon profil pour diriger la BNB.

"La CBFA a régulièrement menti aux parties civiles et à la presse" dans le cadre de l'affaire de manipulation de cours au sein de la Banque nationale de Belgique, a déclaré l'avocat Laurent Arnauts en présence de son client.

Le fils de Martine Durez, présidente de Bpost (étiquetée PS) et membre du conseil de surveillance de la CBFA, devrait bientôt rejoindre le gendarme financier belge. Ce directeur adjoint Hainaut du groupe TEC en a-t-il réellement les compétences ?

Ethias avait décidé en juin dernier de négocier exclusivement avec Optima Financial Planners pour la vente d'Ethias Banque. La CBFA a rejeté l'opération, estimant que les conditions n'étaient pas réunies.

La Commission bancaire, financière et des assurances devient la Financial Services & Markets Authority. Pratique : le sigle FSMA pourra être utilisé aussi bien en français qu'en néerlandais...

[EXCLUSIF] Le Comité des risques et établissements financiers systémiques devait durer jusqu'au 1er janvier, moment où le contrôle des banques et compagnies d'assurances devait passer de la CBFA à la BNB. Selon nos informations, la période transitoire sera prolongée jusqu'au 31 mars. Voici pourquoi.

Les rumeurs de joint-venture entre Dexia et le français Banque Postale avaient fait flamber le cours de la banque franco-belge. Le lendemain, la confirmation de simples "discussions" avait calmé le jeu. La CBFA, gendarme boursier belge, enquête.

La loi sur la nouvelle architecture du secteur financier a été publiée mardi au Moniteur belge. Le fameux Comité des risques et établissements financiers systémiques, qui sera mis en place le 26 octobre, assurera le contrôle prudentiel des établissements financiers systémiques.

Suite à des déclarations de son patron sur une possible vente de la société, l'action Keyware a flambé de près de 40 % jeudi. La CBFA, qui n'a pas goûté cet enchaînement, a décidé d'ouvrir une enquête sur de possibles infractions aux règles en matière de manipulation des marchés.

"Vous ressentez la crise ? Que diriez-vous de doubler votre épargne en un an ?" Le mystérieux "conseiller financier" ActionaPlus cherche à appâter le chaland par téléphone (et Internet). Il n'est pas encore connu de la CBFA, qui a déjà publié 14 mises en garde cette année. Un record.

Double camouflet pour la société de conseil en investissement Capitalium : la CBFA a publié une mise en garde contre ses activités et la police a saisi ordinateurs et dossiers à son siège d'Ohain. Sa patronne contre-attaque en demandant l'aide du très médiatique avocat Mischaël Modrikamen.

Une enquête administrative pour "abus de marché" aurait été lancée par le gendarme boursier belge sur Dexia et l'ex-Fortis (désormais Ageas). En ligne de mire : la communication du premier autour de sa filiale FSA, et celle du second dans les mois précédant l'augmentation de capital de juin 2008.

L'OICV, qui regroupe les régulateurs des principales Bourses mondiales, a publié mardi une série de recommandations devant permettre aux régulateurs nationaux de mieux coopérer. L'objectif est sans ambiguïté : les aider "à détecter de potentiels fauteurs de troubles".

Une société liégeoise de construction et de promotion s'apprête à déposer plainte auprès de la Commission bancaire, financière et des assurances (CBFA) car elle accuse ING de lui avoir fourni des produits financiers douteux et inadéquats, rapporte jeudi L'Echo.

La Commission bancaire, financière et des assurances (CBFA) a mis, lundi, le public en garde contre les activités de Englefield Capital (@eng-cap.com), qui contacte des investisseurs belges afin de leur proposer des services d'investissement.

Deux institutions financières n'auraient pas - ou pas complètement - mentionné des transactions d'argent suspectes sur le compte de clients. La CBFA leur a infligé une amende de 50.000 euros chacune... tout en taisant prudemment leur nom, car elles sont "actuellement fortement mises sous pression".

La Commission bancaire, financière et des assurances a indiqué mercredi que les informations qu'elle a transmises au parquet, au sujet des transactions réalisées sur l'action Banque nationale du 1er janvier 2008 au 1er novembre 2009, ne concernent pas des transactions dépassant le seuil des 5 % visé par la loi sur la transparence des participations dans les sociétés cotées.