Tout sur Caterpillar Gosselies

Le ministre wallon de l'Economie, Pierre-Yves Jeholet (MR), a confirmé l'intérêt porté par une entreprise chinoise, spécialisée dans la construction de voitures électriques, pour le site - ou une partie du site - de Caterpillar Gosselies.

Après le choc de la fermeture de Caterpillar Gosselies, les questions. Sur le poids de l'entreprise dans le Hainaut. Il est considérable. Sur l'impôt payé par le groupe. Il est à première vue normal.

Juste après l'annonce de la fermeture du site de Caterpillar Gosselies, certains se sont indignés du fait qu'une multinationale ne payant que 3% d'impôt depuis trente ans se permette de fermer une usine encore profitable (plus de 14 millions d'euros de bénéfices en 2015).

La fermeture de Caterpillar Gosselies aura de lourdes conséquences sur les nombreux sous-traitants qu'utilise la multinationale, tant dans la région de Charleroi qu'ailleurs dans le pays et à l'étranger. L'impact total devrait dépasser les 6.000 emplois, selon Jean-Marie Hoslet, responsable provincial de la CSC Métal.