Tout sur Cartel

La Commission européenne a infligé jeudi des amendes pour un montant total de près de 19,5 millions d'euros à cinq entreprises ayant participé à un "cartel des enveloppes", dont deux françaises, Hamelin et GPV.

Les groupes sidérurgiques ArcelorMittal et Voestalpine ont confirmé vendredi que leurs locaux en Allemagne avaient aussi été perquisitionnés jeudi par l'Office allemand anti-cartel en raison de soupçons d'entente sur les prix de l'acier pour l'industrie automobile du pays.

Les amendes "collectives" de plus en plus lourdes infligées aux cartels s'avérant finalement peu dissuasives, pourquoi ne pas "personnaliser" les sanctions ? A défaut de peine de prison, voire de déchéance de certains droits, l'autorité belge de la concurrence préconise des amendes "personnelles".

La Commission européenne soupçonne plusieurs producteurs de ciment d'avoir formé un cartel illégal. On n'en connaît pas les noms, simplement les pays où ils sont actifs. Parmi ceux-ci : la Belgique.

C'est un cartel ultra-organisé que la Commission européenne vient de disloquer et qui vaut, à 17 entreprises européennes, ArcelorMittal en tête, une amende globale de 518 millions d'euros. "On dirait presque qu'elles ont agi dans une économie planifiée !", s'est étonné le commissaire en charge de la Concurrence, qui déclare pouvoir démontrer la tenue de plus de 550 réunions de ces sidérurgistes à travers l'Europe.