Tout sur Carlos Ghosn

Les dirigeants du constructeur automobile japonais Nissan ont été copieusement critiqués lundi par de petits actionnaires lors de l'assemblée générale du groupe, tant sur sa gouvernance, sa crédibilité après l'affaire Ghosn que sur son avenir incertain dans la crise.

Le constructeur automobile français Renault est tombé dans le rouge l'an dernier pour la première fois depuis 2009, enregistrant une perte nette de 141 millions d'euros, sans pour autant voir le bout du tunnel après sa première année sans son patron emblématique Carlos Ghosn.

La rocambolesque fuite de Carlos Ghosn du Japon, où il était en résidence surveillée, a retenu l'attention comme s'il s'agissait d'un roman d'espionnage avec la présence d'anciens agents secrets, une personne qui échappe à la vigilance des autorités dans une caisse destinée à un instrument de musique et un fugitif qui fait une fracassante conférence de presse.

Le magnat déchu de l'automobile Carlos Ghosn a prédit auprès de son avocat japonais Nobuo Gohara que le constructeur automobile Nissan ferait faillite d'ici deux à trois ans, a confié ce dernier lors d'une conférence de presse mercredi. L'ancien patron de Renault-Nissan, accusé de malversations au Japon, n'a pas expliqué de manière détaillée sa prédiction.

Vols en jet privé, fête à Versailles, versements douteux à l'ancienne Garde des Sceaux Rachida Dati... Renault et Nissan attendent toujours des justifications de Carlos Ghosn pour 11 millions d'euros de dépenses engagées par l'ancien patron de l'alliance automobile franco-japonaise.

L'ancien PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, a clamé son "innocence" mercredi, et s'est dit décidé à "laver son honneur", lors de sa première apparition publique à Beyrouth depuis sa fuite rocambolesque du Japon, où il est accusé de malversations financières.

Carlos Ghosn donne mercredi à Beyrouth une conférence de presse très attendue, une première apparition publique du magnat déchu de l'automobile qui pourrait éclaircir les circonstances rocambolesques de sa fuite du Japon, où il est accusé de malversations financières.

En fuyant au Liban, Carlos Ghosn a commis un acte "extrêmement regrettable" et a bafoué le système judiciaire japonais, a estimé mardi le groupe automobile Nissan, souhaitant continuer à poursuivre son ancien patron emblématique qu'il accuse de malversations financières.

Carlos Ghosn, ex-patron de Renault-Nissan qui a fui le Japon où il était assigné à résidence, avait deux passeports français, dont un sur lui dans une sacoche fermée à clef, a affirmé jeudi à l'AFP une source proche du dossier, confirmant des informations de la chaîne publique japonaise NHK.