Tout sur Bureau du plan

En juin, tous les indicateurs économiques étaient au vert, la reprise s'annonçait flamboyante. Sa vigueur, conjuguée à la progression de la vaccination, devrait heureusement permettre à notre tissu industriel de résister à la hausse des contaminations dues au variant Delta du coronavirus. Des pénuries de main-d'oeuvre aux difficultés d'approvisionnement, d'autres nuages planent toutefois aussi sur notre horizon économique.

Une automatisation complète du parc automobile entraînerait probablement une augmentation du trafic et une diminution de la vitesse sur les zones déjà congestionnées du réseau routier belge, selon une simulation du Bureau fédéral du plan, diffusée lundi. L'organe fédéral met en garde : "ne soyons pas aveugles devant les autres effets" que les avantages en termes de sécurité routière que les voitures autonomes sont susceptibles d'apporter.

Les plans de relance proposés par les autorités pour se relever des conséquences de la crise sanitaire pousseront les investissements publics à 3,2% du PIB en 2024, un niveau qui n'avait plus été atteint depuis 1985. L'objectif intermédiaire de 3,5% en 2024, visé par le gouvernement fédéral, "ne serait donc pas loin d'être rencontré, à condition que les plans s'exécutent comme prévu", constate le Bureau du plan, à l'occasion de la publication jeudi de ses Perspectives économiques 2021-2026.

Selon les calculs du Bureau fédéral du Plan, le régime fiscal et parafiscal favorable aux pensions complémentaires (deuxième pilier de pension) représente un impact total non négligeable sur les finances publiques, sous la forme d'un manque à gagner dans les recettes. Il est en effet chiffré à 3,35 milliards d'euros pour 2018, si l'on compare avec une situation théorique dans laquelle les mêmes montants seraient versés dans des produits de pension complémentaire mais avec une taxation égale au régime fiscal général, communique mardi le Bureau du Plan.

Elles créent leur entreprise, ils pivotent vers le digital, elles lèvent des fonds, ils s'internationalisent, elles revoient leur "business model"... Face à la crise, ces entrepreneuses et ces entrepreneurs ont choisi d'aller de l'avant. "Trends-Tendances" est parti à leur rencontre.