Tout sur Bruges

Plusieurs actions spontanées ont été menées mardi matin par le personnel de l'opérateur télécom Proximus, principalement en Wallonie. Selon les syndicats, des membres du personnel se sont croisés les bras à Mons, Namur, Saint-Vith et Libramont, mais aussi à Bruxelles et à Bruges. Aucun appel n'avait été lancé par les organisations syndicales, qui couvrent toutefois ces mouvements.

" Non, vivre en ville n'est pas obligatoire ", selon le constructeur de logements Matexi. Pourvu que nous réussissions à renforcer les centres de nos villages. Mais les villages de Flandre-Occidentale sont-ils prêts et équipés pour ce genre de transformation ?

Il n'y aura pas de fusion entre les ports d'Anvers et de Zeebrugge. Selon le bourgmestre de Bruges, Dirk De fauw (CD&V), les différences sont trop grandes, rapportent jeudi la Gazet van Antwerpen et Het Nieuwsblad, qui citent la plateforme d'informations Flows. Des discussions se poursuivent néanmoins pour une collaboration spécifique pour les conteneurs.

A moins d'un mois de la clôture du marché des transferts, les clubs de football belges enregistrent déjà des montants record dans leurs transactions. Arrêtés au 5 août, les résultats provisoires du mercato estival montrent en effet que les 16 clubs de la Jupiler Pro League ont déjà empoché 207 millions d'euros pour la vente de leurs pépites en Belgique et surtout à l'étranger, soit 60 millions de plus que le précédent record de l'été 2017.

Pour endiguer le flux des touristes qui chaque jour débarquent de mégapaquebots, Venise invite les villes portuaires d'Europe à s'unir.

La Bourse des valeurs est une organisation où s'achètent et se vendent des titres (actions, obligations ...). Elle est vitale pour l'économie, d'autant plus que c'est là que les entreprises ou les pouvoirs publics vont chercher l'argent nécessaire pour réaliser des investissements. Via la Bourse, des investisseurs privés ou institutionnels mettent à disposition de l'argent dont ils peuvent temporairement se passer. Le cours des titres est déterminé par l'offre et la demande.

Faire voler son stress en éclats. Baisser la pression après une journée survoltée. Evacuer la frustration d'un projet qui n'avance pas. Ou simplement offrir une activité inédite pour un "team building" ou un moment entre amis. C'est le pari de la première "rage room" bruxelloise. Une pièce pour laisser échapper sa colère.