Tout sur Bourses européennes

Un parfum de crise flotte sur la planète finance depuis le référendum britannique. Que faire de ses placements ? Faut-il fuir les obligations ? Ne croire qu'aux investissements avec garantie de capital ? Rester à l'écart de la Bourse ? Se ruer sur l'or et l'immobilier ? Y a-t-il encore des opportunités à saisir ? Dix conseils pour y voir plus clair.

Les marchés financiers étaient à la peine lundi à la mi-journée, fragilisés par les incertitudes entourant le Brexit qui a fait virevolter les devises et semé la panique sur les places boursières mondiales, la livre sterling et les banques anglaises étant les plus malmenées.

Les Bourses européennes tentaient de rebondir vendredi, alors que Tokyo a chuté de près de 5%, au terme d'une semaine catastrophique sur les marchés, minés par leurs craintes sur le pétrole, les banques et la croissance mondiale.

L'horizon se dégageait mercredi pour les places boursières en Europe et aux Etats-Unis, grâce aux banques et après un début de semaine calamiteux, tout en perdant un peu de vigeur après un discours contrasté de la présidente de la Fed.

Les principales Bourses européennes essuyaient de lourdes pertes lundi matin, plombées par la dégringolade des marchés asiatiques, les investisseurs s'inquiétant des conséquences du ralentissement chinois sur la croissance mondiale.

Les Bourses européennes reculaient à nouveau vendredi dans les premiers échanges, au lendemain d'une journée noire, plombées par les craintes d'un ralentissement de l'activité économique mondiale et d'un tarissement des financements du secteur bancaire européen.

Après les marchés financiers asiatiques, l'optimisme a gagné lundi matin les bourses européennes qui ont ouvert en nette hausse, largement soulagées après l'accord obtenu dans la nuit permettant d'éviter un défaut de paiement, même si une certaine prudence restait de mise.