Tout sur Blablacar

La plate-forme de covoiturage BlaBlaCar va racheter Ouibus, filiale de "cars Macron" de la SNCF, et a lancé une levée de fonds de 101 millions d'euros à laquelle participera le groupe public, ont annoncé lundi les représentants des deux entreprises.

Partenaires depuis 2015, BlaBlaCar et le groupe Axa viennent de lancer en France une assurance auto complète spécialement dédiée aux membres de la plateforme. Un marché potentiellement colossal.

Il n'est pas toujours nécessaire de prendre les entrepreneurs américains comme Mark Zuckerberg (Facebook), Reed Hastings (Netflix) ou Evan Spiegel (Snapchat) pour modèles. L'Europe a elle aussi ses exemples à suivre, mais ils sont souvent peu connus.

La plateforme de covoiturage Blablacar a depuis ce mardi une plateforme et une application propres à la Belgique. Les usagers du pays pourront dès lors payer leurs trajets via Maestro, Bancontact et Mistercash, a-t-elle annoncé mardi à Bruxelles. Autre nouveauté annoncée par la start-up française: un partenariat avec l'assureur Axa offre désormais une couverture spécifique au covoiturage.

Le spécialiste européen du co-voiturage annonce aujourd'hui le lancement d'un site Web et d'applications dédiés au marché belge et surtout un partenariat avec l'assureur AXA. Une manière de renforcer sa présence chez nous qui devrait continuer de gêner Thalys, notamment.

Le champion français du covoiturage Blablacar, également actif en Belgique, a annoncé jeudi avoir levé 200 millions de dollars (177 millions d'euros), un montant record qui la classe dans le club des "licornes", les start-up valorisées à plus d'un milliard de dollars (1,6 milliard de dollars, soit 1,4 milliard d'euros).