Tout sur Birmanie

Après des mois de préparatifs, le conseil de surveillance de Facebook entre en action: ses membres ont trois mois pour évaluer des décisions de la plateforme sur certains contenus jugés problématiques, en espérant faire jurisprudence au-delà des six premiers cas portés à leur attention.

Confronté à une concurrence exacerbée et à une érosion de ses abonnés sur son marché historique, le groupe de télévision payante Canal+ veut supprimer au moins 500 postes en France, soit près de 20% de ses effectifs hexagonaux, a indiqué jeudi à l'AFP une source proche du dossier.

Facebook va imposer des règles plus strictes pour les publicités politiques dans différents pays où ont lieu des élections au premier semestre 2019, d'après un article publié mardi sur le site professionnel du réseau social, secoué par des scandales, notamment liés à des scrutins.

Le géant japonais Toyota a annoncé mercredi dernier un investissement de 1 milliard de dollars dans Grab, spécialiste des voitures de tourisme avec chauffeur en Asie du Sud-Est, renforçant ainsi sa présence dans les services face à un marché automobile en pleine mutation technologique.

Ce n'est que lorsque sa pharmacie a été ravagée par un incendie pour la deuxième fois qu'Aye Aye Nge a pensé à prendre une assurance, un marché en développement dans une Birmanie en pleine croissance.

La Birmanie, où se déroulent dimanche les premières élections promises libres depuis 25 ans, fait figure d'eldorado de l'Asie du sud-est, après avoir été ruinée par 50 ans de junte militaire.

Le géant industriel allemand Siemens continuera à investir en Russie, a assuré mercredi son patron Joe Kaeser au président russe Vladimir Poutine, en dépit des tensions entre Moscou et les Occidentaux autour de la crise en Ukraine.

La Birmanie a donné son feu vert à l'entrée en service des cartes de crédit internationales, a annoncé vendredi la presse officielle, une mesure qui va combler un manque criant dans un pays de plus en plus ouvert sur l'économie mondiale.

Vingt ans après s'être installé en Birmanie dans des conditions très critiquées, le géant pétrolier français Total va y étendre ses activités, comme l'y avait invité Aung San Suu Kyi, à la faveur de l'ouverture démocratique de ce pays du sud-est asiatique.

Total utiliserait un trust de BNP Paribas, basé dans un paradis fiscal, pour verser de l'argent à la junte birmane. "Et de hauts responsables de la junte possèdent des comptes à la branche de Singapour de BNP Paribas", dénonce l'ONG EarthRights International.