Tout sur Besix

Le groupe de construction Besix a entamé l'année 2021 avec un carnet de commandes solide de 4,2 milliards d'euros, ressort-il de ses résultats financiers 2020 publiés vendredi. L'année marquée par la pandémie s'est soldée pour l'entreprise sur un chiffre d'affaires de 2,7 milliards d'euros, un Ebitda de 75,3 millions d'euros et un résultat net avant impôts (et à l'exclusion de l'amortissement du goodwill) de 16,3 millions d'euros.

Fondée en 1948, Socogetra a intégré le groupe Besix en 2007 et est active sur le marché belge du génie civil, de la construction routière et des travaux ferroviaires.

Avant mars 2020, les entreprises dispensaient majoritairement leurs formations en présentiel. Une vieille habitude qui participait aussi à la création de réseaux internes. Le Covid-19 a tout balayé et les a poussés à embrasser le digital dans ce domaine-là aussi. Aujourd'hui, personne ne songe vraiment à faire marche arrière.

Une formule d'abonnement dans laquelle les gros investissements dans la géothermie, les pompes à chaleur ou les panneaux solaires, par exemple, sont remboursés sur une base mensuelle. C'est le nouveau concept lancé par ComTIS Energy, qui fait partie du groupe de construction Besix, annonce ce dernier jeudi. Il sera utilisé pour la première fois dans un nouvel immeuble à appartements de Diest.

Le groupe de construction belge Besix a connu en 2017 la deuxième meilleure année de son histoire, derrière celle record de 2016. Elle a ainsi enregistré un résultat net de 102,6 millions d'euros, contre 120,8 millions un an plus tôt, et un chiffre d'affaires de 2,337 milliards d'euros, en légère baisse par rapport aux 2,359 milliards de 2016.

Le groupe de construction Besix s'est vu récemment attribuer le contrat de réalisation de 60.000 m2 de bureaux dans le quadrilatère formé par les boulevards Baudouin et Albert II, la chaussée d'Anvers et la rue Orban à Bruxelles, là où s'érige encore aujourd'hui le "Noordbuilding", indique mercredi Besix dans un communiqué.

Attention, révolution en vue. Le secteur de la construction se lance dans un de ses plus vastes chantiers : réussir une transition numérique qui modifiera ses fondamentaux. L'idée est notamment de concevoir au préalable et virtuellement les chantiers. De quoi diminuer les risques d'erreurs, réduire les coûts et accélérer les délais d'exécution.

Les membres fondateurs de l'ASBL Bemobex ont décidé en janvier de la liquider, après trois ans d'existence de ce cluster tri-régional regroupant des entreprises actives dans le transport ferroviaire et urbain, indique L'Echo vendredi.

La société belge Besix travaillera sur le chantier de l'extension du métro de Paris, un projet pharaonique de 25 milliards d'euros. Franki Foundations, la filiale de Besix, sera impliquée dans les fondations de tunnels de deux lignes de métro, soit un contrat de 70 millions d'euros.