Tout sur Bernard Clerfayt

L'ex-secrétaire d'Etat à la Lutte contre la fraude fiscale a visiblement oublié de restituer les clés du site Internet lié à sa fonction passée... Un site clairement estampillé du sceau fédéral ".be", qu'il utilise de façon assez surréaliste pour dire tout le mal qu'il pense des réformes engagées par le nouveau gouvernement !

Les régularisations fiscales ont connu un grand succès : les demandes ont triplé, de 786 à 2.419 en 2010. Cela a généré quelque 700 millions d'euros de revenus supplémentaires déclarés, soit près de 240 millions d'euros enrôlés pour l'Etat.

Selon une étude de l'ULB réalisée pour la FGTB, la fraude fiscale atteindrait 20 milliards d'euros - au moins - en Belgique. Elle coûterait donc 150 euros par mois à chaque Belge... et représenterait quelque 800 euros par mois en plus pour chaque pensionné. Aux yeux de Bernard Clerfayt, secrétaire d'Etat à la Lutte contre la fraude fiscale, pour lutter contre la fraude, il faut baisser les impôts...

Verser au Régions un pourcentage très élevé de la recette de l'impôt sur les personnes physiques plutôt qu'une dotation fixe : telle est l'idée du Premier ministre pour "responsabiliser" les entités fédérées et les encourager à mener une politique économique efficace. Le secrétaire d'Etat Clerfayt approuve mais réclame des avantages pour Bruxelles.

Le secrétaire d'Etat à la Fiscalité environnementale s'est défendu de travailler sur une "taxe carbone", lui préférant l'idée d'un "glissement de fiscalité" du travail vers l'énergie. Parmi les pistes envisagées : une proposition de taxe de 17 euros la tonne de CO2.

Bernard Clerfayt, secrétaire d'Etat à la Fiscalité environnementale, mène des consultations autour d'un projet de taxe carbone, rapporte vendredi "Le Soir". Il assure ne pas avoir "entendu d'opposition radicale", même si les obstacles sont nombreux. En France, l'idée a été purement et simplement abandonnée, malgré le volontarisme du président Sarkozy.