Tout sur Bernard Arnault

Les inquiétudes en Chine ont provoqué une vague de prises de bénéfices dans le secteur du luxe. Si le risque de déception à court terme est réel, les investisseurs pourraient profiter d'opportunités à long terme.

Le magnat des médias Vincent Bolloré, une des premières fortunes de France, s'apprête à porter l'estocade: s'il est mené à bien, son projet d'OPA sur le groupe français Lagardère marquera la fin d'un des grands empires industriels et de presse de l'Hexagone qui n'a fait que décliner depuis le décès de son fondateur.

Ce week-end, les actionnaires du groupe Lagardère, sous l'impulsion de Nicolas Sarkozy, ont abouti à un accord qui change la structure du groupe et empêche son démantèlement.

La Chine n'a jamais autant compté de milliardaires en dépit de la pandémie qui ébranle l'économie mondiale et le pays surpasse désormais en nombre ses deux poursuivants cumulés dont les Etats-Unis, selon un classement publié mardi.

L'arrivée de Vincent Bolloré (Vivendi) et de Bernard Arnault via son holding familial n'a pas conduit à l'apaisement souhaité face aux velléités des activistes du fonds Amber Capital.

Depuis des mois, le groupe Lagardère, qui s'est recentré sur l'édition (Hachette) et la distribution (Relay) tout en gardant la radio Europe 1, suscite quelques remous en raison de sa perte de valorisation et de son endettement important.

Le géant du luxe LVMH, qui a conclu fin 2019 un accord à 16 milliards de dollars pour racheter Tiffany, a indiqué jeudi qu'il n'envisageait pas d'acheter des actions du joaillier américain directement sur le marché, après des rumeurs générées par une baisse du cours de ce dernier ces derniers mois.