Tout sur Benoît Caufriez

Près de la moitié des travailleurs belges (49%) déclarent qu'ils prestent désormais plus d'heures par semaine à la maison que précédemment au bureau. Ils sont 41% à déclarer travailler autant et 7% à prester moins d'heures, ressort-il d'une enquête du prestataire de services RH Acerta et du site d'emploi StepStone auprès de 3.000 Belges actifs et dont les résultats ont été communiqués mardi.

Seuls 43% des entreprises belges disposent d'une politique préventive concernant le bien-être physique et mental sur le lieu de travail, selon une enquête du spécialiste RH Acerta, de HR Square et de la Vrije Universiteit Brussel (VUB) menée fin janvier et publiée mercredi.

Lors du deuxième confinement (octobre à décembre), en moyenne 28% en moins de travailleurs ont signé un nouveau contrat à durée indéterminée (CDI) par rapport à la même période l'année dernière dans notre pays. Comparativement à il y a deux ans, il s'agit d'une baisse de 26,8%, indique mardi le prestataire RH Acerta. Sur l'ensemble de l'année 2020, Acerta recense 20% de CDI signés en moins.

Les chefs d'entreprise se rendent compte que les travailleurs ne sortiront pas indemnes de la crise sanitaire liée au coronavirus. Près de six entreprises sur dix entendent donc accorder davantage d'attention au bien-être physique et mental de leurs employés dans le cadre d'une relance progressive de leurs activités, selon une enquête Acerta effectuée fin avril auprès d'un demi-millier de responsables d'entreprise et publiée mardi.

La fidélité des Belges envers leur employeur a progressé ces 10 dernières années, selon une étude du prestataire de services RH Acerta publiée mercredi. L'ancienneté moyenne s'élève à près de 10 ans et 10 mois aujourd'hui contre 10 ans et 1,5 mois en 2009. Le secteur financier affiche l'ancienneté moyenne la plus importante, avec 21 ans et neuf mois.

La part des jeunes de moins de 25 ans arrivant sur le marché du travail baisse année après année en Belgique, selon une enquête menée par le prestataire RH Acerta auprès de plus de 40.000 employeurs entre 2015 et aujourd'hui. Le secteur du non-marchand est de moins en moins populaire chez les jeunes, selon Acerta.

Les employeurs déjà présents sur le marché en 2015 ont réalisé une croissance nette de l'occupation de 5,84% entre 2015 et 2018, indique vendredi le prestataire RH Acerta dans une enquête. Des entreprises des secteurs privés, le non-marchand, l'industrie manufacturière et les services semblent employer le plus de personnes, selon Acerta.

Malgré le trajet de réinsertion instauré en 2016, l'absentéisme de moyenne durée continue d'augmenter. Les grandes entreprises sont les plus touchées.

Seuls 60% des travailleurs bénéficient d'une formation générale, "un pourcentage étonnamment faible", estiment vendredi le prestataire de services RH Acerta et Jobat.be après une étude auprès d'environ 3.700 personnes. L'an dernier, 41% des sondés n'ont suivi aucune formation générale et 49% n'ont suivi aucune formation technique.

La mobilité de l'emploi est particulièrement faible actuellement en Belgique; une large majorité des travailleurs disent vouloir rester à leur poste actuel, ou plutôt chez leur employeur. Ils ne sont que 15,81% à chercher activement à quitter leur fonction pour d'autres horizons, selon l'enquête annuelle du groupe spécialisé dans les ressources humaines Acerta, publiée mercredi.

Plus de sept employeurs sur 10 (72%) font face à une pénurie de main-d'oeuvre, 8% avouant même refuser du travail parce qu'ils n'ont pas ou ne trouvent pas les personnes adéquates, selon une enquête réalisée auprès de 459 responsables de PME par le prestataire de services de ressources humaines Acerta.

Malgré certaines idées reçues, les quinquagénaires demeurent relativement mobiles sur le marché du travail, ressort-il d'une enquête menée par le groupe de services RH Acerta diffusée jeudi. Ainsi, 12% des personnes ayant quitté leur emploi ces dernières années étaient âgées de plus de cinquante ans.

La mobilité professionnelle sur le marché du travail belge est en baisse; près d'un travailleur sur quatre (23%) ne veut pas changer de travail, ressort-il de l'enquête annuelle du groupe spécialisé dans les ressources humaines Acerta. Il y a cinq ans, ce pourcentage tournait autour des 13%.

Depuis la suppression de la période d'essai, le nombre de démissions et ruptures de contrat dans les six premiers mois de l'engagement a baissé de 30%, selon une étude d'Acerta, publiée mercredi dans L'Echo et De Tijd.