Tout sur Ben Bernanke

J'ai quelques amis bien intentionnés qui m'ont fait part des articles rédigés ce week-end sur Alexander De Croo notre premier ministre. On a appris qu'il se situait à la dixième place des chefs de gouvernements les mieux payés du monde et il figure même dans le top 3 des chefs de gouvernement les mieux payés de l'Union européenne.

La cinquième banque d'affaires de Wall Street était la plus exposée aux crédits immobiliers. Elle fut le premier domino à tomber. Mais on se souviendra de son sauvetage lorsqu'il faudra s'occuper de Lehman Brothers, six mois plus tard.

Homme du sérail, Jerome Powell, déjà haut responsable à la banque centrale américaine, prend la succession lundi de la démocrate Janet Yellen à la tête de la Fed, marquant une certaine continuité dans la politique monétaire même si c'est un républicain.

On n'arrête pas le progrès. La crise de 2007 avait été déclenchée par l'explosion de produits financiers liés à des crédits immobiliers pourris. La prochaine pourrait être générée par des produits ne reposant plus que sur du vent...

Quelques mois après que la crise des subprimes ait éclaté en Europe, la Reine d'Angleterre s'était rendue à la prestigieuse London School of Economics. Elle y avait posé une question toute simple: comment se fait-il qu'avec autant d'économistes et de brillants esprits, personne n'a vu venir cette crise, dont nous payons encore le prix aujourd'hui ?

Personne ne doute que les États-Unis sont clairement une démocratie. L'arrivée à la tête de ce pays d'un président noir, et qui plus est inconnu à l'époque, en est la plus brillante démonstration. Mais cela ne doit pas masquer le fait que ce pays reste soumis à l'influence des lobbies économiques.

La réserve fédérale américaine, qui se dit inquiète pour la croissance, se réserve la possibilité de prendre de nouvelles mesures pour favoriser la reprise. A cette annonce, Wall Street s'est montrée hésitante.