Tout sur Belgian Mobile ID

L'annonce du Secrétaire d'Etat à la digitalisation Mathieu Michel (MR) de s'affranchir d'itsme dans le cadre de l'élaboration du "portefeuille numérique" fait des remous. Pour Trends Tendances, il expose son projet et rectifie certaines informations qui circulent sur le sort réservé à l'application d'identification.

Arcelor Mittal, ABT Belgique, Belgian Mobile ID, Nanopixel, SmartWithFood, Unilin sont les lauréats de la deuxième édition des Trends Digital Pioneers. Les principales leçons qu'ils ont tirées de leur transformation digitale réussie concernent le service à la clientèle et la reproduction intelligente de ce qui marche déjà dans les autres secteurs.

L'application belge d'identification itsme souffle ce 30 mai sa première bougie. Elle se targue aujourd'hui de 350.000 utilisateurs actifs, avec une croissance de quelque 40.000 nouveaux chaque mois. Une évolution pour laquelle elle peut remercier le gouvernement fédéral, qui l'a officiellement reconnue en janvier et activée sur sa plateforme des services en ligne.

A terme, l'appli itsme pourra servir à s'identifier partout avec un seul et unique code, que ce soit pour des comptes en banque en ligne, une mutuelle, des services publics, et bientôt, pour signer des contrats à distance. Le démarrage a connu un petit couac, dû à un succès inattendu.

L'application d'identité numérique "itsme", lancée mardi et qui doit remplacer les tokens, lecteurs de carte et autres mots de passe, connait quelques ratés au démarrage. Elle n'a ainsi pas fonctionné durant plusieurs heures mercredi, concède jeudi Kris De Ryck, le CEO de Belgian Mobile ID, le consortium qui l'a développée. "Il s'agissait d'un problème de performance, il n'y avait donc aucun souci avec la sécurité", rassure-t-il. Depuis lors, la situation est en outre revenue à la normale.