Tout sur BCE

Lorsque la Chine deviendra la première puissance économique de la planète d'ici quelques années, elle sera dotée d'une monnaie numérique. Cela ne fait aucun doute. La Banque Populaire de Chine s'est engagée à introduire un renminbi numérique au plus tard en 2022, une décision qui renforcera son contrôle sur le financement de l'économie et surtout sur les deux grandes plateformes de paiement numérique faiblement réglementées que sont Alipay et WeChat Pay. S'agit-il d'un nouveau signe du rôle prédominant que l'Asie pourrait jouer dans la configuration mondiale de nos échanges économiques et financiers ?

L'ONG ClientEarth a entamé mardi une action en justice contre la Banque nationale de Belgique (BNB) pour sa participation au programme de rachat de titres financiers mené par la Banque centrale européenne (BCE) depuis le printemps 2015, rapporte Le Soir le même jour.

L'argent qui coule à flots aujourd'hui comme par magie est partiellement une illusion. Lorsque le prestidigitateur aura quitté la scène, la réalité brutale réapparaîtra et il nous faudra bien rembourser les dettes qui ont été créées pour soutenir l'économie. Mais qui payera? Le contribuable, les entreprises, les hauts patrimoines, les classes moyennes?

Adopter rapidement des mesures pour contrer le réchauffement climatique est l'option la moins chère et celle qui engendre le moins de risques pour l'économie. C'est ce qu'a déclaré Luis de Guindos, vice-président de la Banque centrale européenne (BCE), qui effectue actuellement des stress tests (tests de résistance bancaire).

La Banque centrale européenne a annoncé jeudi qu'elle prévoyait d'accélérer le rythme de rachats de dette dans le cadre de son programme d'urgence contre la pandémie (PEPP), sans en augmenter l'enveloppe totale, afin de calmer la nervosité des marchés face une récente hausse des taux obligataires.

Objectif: rassurer les marchés. La Banque centrale européenne devrait mettre l'accent, jeudi, sur son soutien sans faille à la relance monétaire alors que les récentes tensions sur les taux obligataires et les craintes d'un retour de l'inflation ont alimenté les doutes.

Après Janet Yellen, l'ancienne présidente de la Réserve fédérale devenue secrétaire d'Etat au Trésor dans le gouvernement de Joe Biden, voilà Mario Draghi, l'ancien président de la Banque centrale européenne, qui prend les rênes du gouvernement italien.

Faut-il annuler la dette des Etats européens ? Ou plus précisément, faut-il annuler la partie de la dette des Etats de la zone euro qui est détenue par l'Eurosystème, c'est-à-dire les banques centrales de ces Etats ? La proposition est sympathique. En tant que contribuables, nous sommes tous partie prenante à cette dette publique. Et quel débiteur n'aimerait pas voir son ardoise s'effacer tout à coup ?