Tout sur BCE

La Banque centrale européenne (BCE) va mettre en circulation au printemps 2017 un nouveau billet de 50 euros, dans le cadre du renouvellement progressif des coupures de la monnaie unique européenne.

La Banque centrale européenne (BCE) attend la mise en oeuvre effective d'un certain nombre de mesures et réformes en Grèce avant de rétablir un mécanisme qui facilite le financement des banques hellènes, a déclaré son président Mario Draghi jeudi.

Le Français Jacques de Larosière, ancien directeur général du FMI, explique pourquoi nous souffrons toujours de l'implosion du système de Bretton Woods survenue voici plus de 40 ans. Et il s'interroge avec inquiétude sur la politique de la Banque centrale européenne. Entretien.

La Banque centrale européenne (BCE) est devenue trop puissante, notamment à cause du rôle de plus en plus politique que lui accordent les gouvernements, a critiqué dimanche l'une des principales conseillères économiques de Berlin dans une interview.

Et si la Banque centrale européenne distribuait de l'argent directement aux ménages pour faire repartir l'inflation ? Hérésie pour beaucoup, l'idée aussi connue sous la notion d'"hélicoptère monétaire" est perçue comme "très intéressante", par le président de la BCE, Mario Draghi. Il remet au goût du jour un vieux débat lancé par l'économiste américain Milton Friedman en 1969.

La Banque centrale européenne pourrait réduire encore ses taux d'intérêt, déjà ramenés à un plus bas historique, en cas par exemple de détérioration des prévisions macroéconomiques, affirme son chef économiste le Belge Peter Praet dans la presse italienne ce vendredi.

Jeudi dernier, la BCE a sorti 'la grosse Bertha' monétaire et a fait comprendre aux épargnants de la zone euro qu'ils devront vivre avec des taux d'intérêt à 0% pendant quelque temps encore, sans doute jusqu'à la fin de l'année 2017 au minimum.

À la fin de la troisième semaine du Concours Investisseur, les bourses paraissaient très troublées. On a assisté à des fluctuations de cours sauvages dans les deux directions après une nouvelle intervention sur les taux par le gouverneur de la Banque centrale européenne, Mario Draghi.

Les mesures monétaires de la Banque centrale européenne constituent l'aveu du caractère insoutenable des dettes publiques. Les États ont donc trouvé un créancier complaisant pour leur propre refinancement à un taux nul, voire négatif.