Tout sur Bart De Wever

Pour Zuhal Demir, ministre flamande de l'Energie, pas question de répercuter sur les habitats et entreprises de Flandre le coût d'une éventuelle sortie du nucléaire.

Ancien président de Groen et rival malheureux de Bart De Wever lors des élections communales d'Anvers, Wouter Van Besien abandonne la politique pour devenir, dès le mois prochain, "coordinateur durable et éthique" de VDK.

Lorsqu'on change d'année et a fortiori lorsque l'on entre dans une nouvelle décennie, on déborde de bonnes intentions. Manger cinq fruits et légumes par jour. Ecrire à Donald Trump et Xi Jinping pour débloquer le conflit commercial. Convaincre Bart de Wever que les Wallons ne sont pas des sous-hommes. Demander à Stéphane Moreau de réexpliquer encore une fois le concept d'indemnités de rétention, tellement c'est beau.

Le CD&V a profité des négociations en vue de la formation d'une nouvelle majorité en Flandre pour remettre le projet de taxe kilométrique à l'ordre du jour, un projet qui figurait déjà au programme du gouvernement flamand sortant mais qui avait été enterré juste avant les élections par la N-VA, qui y voyait une augmentation de la pression fiscale.

La Flandre doit créer 120.000 jobs supplémentaires dans les années à venir pour atteindre un taux d'emploi de 80%, précise la note de départ de l'informateur Bart De Wever (N-VA). Un projet très ambitieux, qui ne pourra être réalisé que si le prochain gouvernement flamand utilise ses compétences et ses leviers fiscaux de manière optimale. Il y a peu de chances, toutefois, que cela arrive.

Les soirs d'élection, c'est presque un exercice imposé : tous les partis clament avoir gagné. Le président de la N-VA, Bart De Wever, s'est démarqué de ses congénères en admettant, très tôt et sans circonvolution, une défaite électorale.

Quasi tous les partis veulent revoir ou supprimer les avantages liés à la voiture de société. Les plus radicaux, comme Ecolo ou le PS, s'inquiètent tout de même de ne pas trop impacter, au passage, le pouvoir d'achat des bénéficiaires actuels. Campagne électorale oblige...

Lors de sa dernière séance, le parlement flamand adoptait, à la surprise générale et sans une seule voix contre, le décret Enseignement.