Tout sur Banque nationale de Belgique

Avec de fortes créations d'emplois et une croissance de son produit intérieur brut (PIB) estimée à +1,4% en 2019, la Belgique s'en sort mieux que la zone euro (+1,2%), victime l'an dernier d'un net ralentissement avec la guerre commerciale sino-américaine. Mais cela ne dispense pas la Belgique de la nécessité de poursuivre les réformes et de résorber son déficit public, estime la Banque nationale de Belgique dans son dernier rapport annuel. Le gouverneur Pierre Wunsch appelle "à remettre les choses en l'ordre" au point de vue budgétaire.

Après une hausse de 0,4% au troisième trimestre, la croissance économique de la Belgique a poursuivi au même rythme au cours des trois derniers mois de l'année dernière, ce qui en résulte une croissance du produit intérieur brut d'1,4% en 2019, ont annoncé jeudi l'Institut des comptes nationaux (ICN) et la Banque nationale de Belgique (BNB).

Le patrimoine financier net des Belges a progressé de 14,5 milliards au troisième trimestre 2019 pour atteindre le niveau record de 1.089,9 milliards d'euros au 30 septembre 2019, indique vendredi la Banque nationale de Belgique (BNB).

Pour la première fois en cinq ans, les entreprises ont payé moins d'impôts l'année dernière, écrit mercredi De Standaard sur la base de statistiques de la Banque nationale de Belgique (BNB). Il s'agit d'une conséquence de la réforme de l'impôt des sociétés.

Le déficit budgétaire de la Belgique, à politique inchangée, augmentera considérablement les prochaines années pour atteindre 2,8% du PIB en 2022, contre 1,6% cette année, selon les prévisions économiques de la Banque nationale de Belgique (BNB) présentées lundi. La Belgique risque de faire partie des cancres de la classe européenne avec le deuxième déficit le plus élevé de la zone euro, met en garde Pierre Wunsch, gouverneur de l'institution.

La réforme de l'accès aux allocations d'insertion entreprise par le gouvernement Michel n'a pas amélioré l'accès des jeunes à l'emploi, selon une étude de la Banque nationale de Belgique (BNB) relayée par L'Echo et De Tijd, vendredi. Au moment de son entrée en vigueur, les responsables politiques présentaient pourtant cette mesure comme un incitant à l'emploi.

Au troisième trimestre, le produit intérieur brut (PIB) a augmenté de 0,4 % par rapport au trimestre précédent, indique vendredi la Banque nationale de Belgique (BNB). Cela signifie que la croissance économique s'accélère. Elle était en effet nulle au premier trimestre et n'avait crû que de 0,3% entre les mois d'avril et juin. En base annuelle, l'activité économique s'est renforcée de 1,6%.

Les nouvelles mesures décidées par la Banque nationale de Belgique (BNB) en matière de prêts hypothécaires ne devraient pas bouleverser le marché dans son ensemble mais constitueront un frein supplémentaire à la hausse des prix de l'immobilier des prochaines années, souligne ING dans une analyse publiée jeudi.