Tout sur Banque nationale

Prêts plus difficiles à obtenir, suppléments d'impôts... Dans le viseur de la Banque nationale mais aussi du fisc et peut-être du prochain gouvernement, les épargnants qui investissent dans la brique voient leur ciel s'assombrir. Depuis ce 1er janvier, acheter une maison ou un appartement pour faire fructifier ses économies est devenu plus compliqué. Gros plan, en sept questions, sur les nouvelles règles du jeu de l'investissement locatif.

La Belgique a traversé toute l'année 2019 sans gouvernement fédéral de plein exercice. Bien malin qui peut dire quand cessera cette situation inconfortable, ni même si elle peut cesser sans un renvoi de la balle dans le camp de l'électeur, en convoquant un scrutin anticipé en 2020.

Ces dernières années, les entreprises belges n'ont pas entièrement utilisé les mesures gouvernementales de modération des coûts salariaux pour réduire leurs prix. Elles ont plutôt augmenté leurs bénéfices, écrivent jeudi L'Echo et De Tijd. En conséquences, les exportations belges ont augmenté moins vite que dans les pays voisins.

Contre toute attente, la coopérative a finalement réussi à lever les 30 millions d'euros d'argent frais nécessaire à son démarrage. Mais que fera la nouvelle banque si elle reçoit sa licence ?

A un jour de la clôture des souscriptions, NewB, le projet de banque coopérative, a réunis 39.500 coopérateurs qui ont promis de souscrire pour 24,8 millions d'euros. " Sur ces 24,8 millions, 20,6 millions sont arrivés sur le compte, le reste ne peut être jugé comme acquis tant que nous n'avons pas enregistré le paiement ", tempère Bernard Bayot, le président de NewB.

L'indicateur de confiance des consommateurs a progressé en novembre pour le deuxième mois d'affilée, indique jeudi la Banque nationale. Toutes ses composantes se sont améliorées, à l'exception des perspectives relatives à la situation financière personnelle, qui sont restées stables.

Pour la première fois depuis sa nomination fin août, Bruno Colmant, le nouveau CEO de Degroof Petercam, s'exprime sur l'audit de la BNB qui a dernièrement secoué la banque et désamorce les rumeurs d'une revente. " Non, je ne suis pas un CEO de transition ", affirme-t-il, nous dévoilant ses plans pour l'avenir de la vénérable institution.

Le discours du syndicat socialiste n'a pas changé d'un iota: "Il faut trouver un autre système de financement à la sécurité sociale". Mais si l'idée de plus faire participer à la répartition des richesses les revenus autres que ceux du travail n'est pas neuve, on devrait y voir plus clair au mois de novembre sur les modalités envisagées par la FGTB pour y arriver, a indiqué lundi le président Robert Vertenueil lors de la présentation du baromètre socio-économique de la FGTB.

Rappelez-vous : en 2006, on avait voulu combattre le manque de fonds propres des entreprises en créant le système des intérêts notionnels. Mais avec les taux devenus négatifs, cet avantage est désormais... nul.

Le produit intérieur brut (PIB) de la Belgique devrait progresser de 0,2% au troisième trimestre de 2019, c'est-à-dire au même rythme qu'au deuxième trimestre de cette année, selon le "Business Cycle Monitor", un nouvel indicateur prévisionnel trimestriel développé par la Banque nationale de Belgique (BNB)

Le gouvernement sortant se félicite d'avoir réduit considérablement le déficit budgétaire: de la poudre aux yeux, assure le député fédéral Hendrik Bogaert, membre du CD&V, qui a pourtant participé au gouvernement Michel, écrivent lundi 'Le Soir', 'De Standaard' et 'Het Nieuwsblad', une interprétation contestée par la ministre du Budget.

La confiance des consommateurs belges a diminué en juin, après être repartie à la hausse au mois de mai, a annoncé jeudi la Banque nationale de Belgique (BNB). Cette érosion de la confiance s'explique principalement par les attentes moins optimistes concernant l'évolution de la situation économique, les perspectives retombant à leur niveau le plus faible depuis avril 2013.

C'était avant les élections. Le gouvernement Michel avançait fièrement son bilan de création de 230.000 emplois au cours de la législature. Son slogan "Jobs, jobs, jobs" n'a manifestement pas convaincu les électeurs, les quatre partis de la coalition fédérale sortante ayant tous perdu des plumes le 26 mai.