Tout sur Banque centrale européenne

La Banque centrale européenne (BCE) a octroyé dans le contexte de crise liée au coronavirus pour 1.310 milliards d'euros de prêts aux banques de la zone euro., a fait savoir jeudi l'institution basée à Francfort. Les crédits courent sur trois ans. Au total, près de 750 banques ont sollicité la BCE.

La Banque centrale européenne a écarté mardi l'option d'une annulation de la dette d'Etats qu'elle détient en portefeuille, une idée suggérée par certains économistes pour faire face à l'impact de la pandémie de coronavirus.

La Banque centrale européenne (BCE) envisage de mettre en place une "bad bank", une structure de défaisance, pour faire face aux prêts qui pourraient ne plus être remboursés en raison de la crise liée au coronavirus. Elle pourrait s'agir de centaines de milliards d'euros de prêts, selon l'agence de presse Reuters. La BCE refuse de commenter le rapport.

L'euro baissait jeudi face au dollar, après sept séances de hausse d'affilée et à quelques heures de la conclusion très attendue d'une réunion de la Banque centrale européenne.

La Banque centrale européenne (BCE) a exprimé un avis négatif sur le projet d'acquisition d'AXA Bank par Crelan. Selon le magazine Trends, qui s'appuie sur des sources anonymes, la fusion envisagée entre les deux institutions est dès lors menacée.

Dans l'urgence des deux derniers mois, la priorité des gouvernements a bien entendu été de faire face au choc en engageant les dépenses nécessaires pour acquérir le matériel manquant, en activant les filets de sécurité sociale, notamment en matière de chômage temporaire, ou encore en accordant des reports de taxes ou de charges aux entreprises.

Le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne, lors de sa réunion fin avril, écartait déjà le scénario d'une reprise rapide de l'économie européenne après la fin du confinement, selon le compte-rendu publié jeudi.

La manipulation de billets de banque en euros ne pose "pas de risques d'infection majeurs" au nouveau coronavirus par rapport à d'autres surfaces, a assuré mardi un haut dirigeant de la Banque centrale européenne.

La demande nette de crédits en provenance des entreprises de la zone euro devrait grimper historiquement au deuxième trimestre 2020 mais se contracter côté ménages, sur fond d'amples soutiens monétaires face à la pandémie du coronavirus, affirme mardi une enquête de la BCE.

La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé mercredi qu'elle pourra accepter des obligations dégradées en catégorie "pourrie" en garantie des crédits accordés aux banques, une nouvelle mesure destinée à soutenir le système financier européen en pleine crise du coronavirus.

Rarement un choc n'aura frappé aussi fort, aussi vite, nos économies. Seule une catastrophe naturelle ou sanitaire, ou encore une guerre, peut engendrer de telles conséquences économiques. Il est donc normal que la réponse des politiques budgétaires et monétaires soient à la hauteur de la crise.

Le bancassureur KBC et ING ont annoncé lundi retirer leur dividende final pour son exercice 2019, conformément à une recommandation de la Banque centrale européenne (BCE) édictée en pleine crise du nouveau coronavirus.