Tout sur Banque centrale européenne

L'envolée de l'inflation sera au coeur de la réunion jeudi de la Banque centrale européenne, mais sans la faire dévier de son cap, renvoyant à décembre le début de normalisation progressive de la politique monétaire.

Les yeux rivés sur l'envolée de la courbe d'inflation, la Banque centrale européenne devrait conserver jeudi son cap expansif, jouant la prudence et l'attentisme quand d'autres grands argentiers annoncent la normalisation progressive de la politique monétaire.

L'influent président de la Bundesbank allemande, Jens Weidmann, figure de l'orthodoxie monétaire, a annoncé mercredi qu'il quitterait ses fonctions en fin d'année, après dix ans à la tête de l'institution et en pleine incertitude sur l'avenir de la politique monétaire européenne très accommodante.

La Banque centrale européenne réalisera entre mars et juillet 2022 son premier test de résistance bancaire visant à évaluer l'exposition du secteur financier de la zone euro aux catastrophes naturelles ainsi qu'à une transition écologique plus rapide que prévue.

La banque néerlandaise ING va racheter pour plus de 1,7 milliard d'euros de ses propres actions, a-t-elle annoncé vendredi. Avec la crise sanitaire, il avait été interdit aux banques de la zone euro de récompenser les actionnaires par des dividendes ou de racheter leurs propres actions. Les restrictions prennent fin ce mois-ci pour les banques qui présentent de bons résultats.

"Il est désolant de constater le peu d'importance accordée à la nature et au climat dans les modèles et les pratiques qui régissent le système financier", déplore l'ex-banquier belge Frank Van Gansbeke. Un financement des entreprises basé sur le respect de l'environnement, une supervision avisée des banques, une politique monétaire verte et une devise climatique mondiale permettraient pourtant de corriger le tir.

La recrudescence de cas de coronavirus et le renforcement des restrictions sanitaires liés au variant Delta ont perturbé les Bourses mondiales. Face à cette nouvelle offensive de la pandémie, les investisseurs sont appelés à privilégier la qualité.