Tout sur Attentia

Ces derniers mois, les entreprises ont été contraintes de goûter aux avantages et aux défis du travail à domicile. Le mouvement vers un télétravail plus structurel avait déjà été initié à divers endroits avant que n'éclate la crise du COVID-19 et, selon toute attente, le télétravail continuera, à l'avenir, à faire partie du nouveau mode de travail. Les employeurs doivent évidemment veiller à satisfaire toutes les obligations légales, sans toutefois s'y limiter. Le coronavirus nous a en effet montré à quel point il est important de penser au bien-être des collaborateurs.

Ce que nous craignions est malheureusement arrivé : la deuxième vague de COVID-19 est une réalité. Certaines entreprises se concentraient déjà pleinement sur un retour au travail, mais le Conseil de sécurité a récemment recommandé de privilégier à nouveau le télétravail. Pour ces organisations, la deuxième vague est peut-être une espèce de piqûre de rappel. Nous ne pouvons en aucun cas penser que les choses reviendront bientôt à la normale, car ce ne sera plus le cas.

Nous sommes aujourd'hui le "Blue Monday", le jour qualifié de "journée la plus déprimante de l'année". C'est une bonne chose que de s'en saisir pour réfléchir à la santé mentale, déclare Els Vanbelle, conseillère Bien-Être chez Attentia, société spécialisée en RH et Bien-Être, mais le Blue Monday est l'invention d'une agence de com'. Le véritable problème est le blues hivernal. Heureusement, nous pouvons le combattre, tant individuellement que professionnellement.

Le régime de congé parental 1/10ème, par lequel un travailleur peut prendre un demi-jour de congé par semaine ou un jour entier par quinzaine, rencontre clairement du succès, selon une enquête d'Attentia, spécialiste en ressources humaines et en bien-être, publiée mercredi. Entré en vigueur le 1er juin dernier, il a ainsi déjà séduit 4,28% des salariés ayant opté pour un congé parental. Les hommes sont en outre plus nombreux à rester à la maison pour les enfants.

Le nombre d'heures de télétravail a progressé de 11% pendant les cinq premiers mois de l'année par rapport à la même période en 2018, selon les chiffres du partenaire en ressources humaines Attentia. Les problèmes de mobilité incitent de plus en plus de travailleurs à y recourir dans la mesure du possible.

Le débat sur les voitures de société fait rage. Le budget mobilité, qui s'est fait longtemps attendre, invite les employeurs à "verdir" leur flotte automobile dans les meilleurs délais. Les employés, quant à eux, ont plus de facilités pour échapper aux embouteillages en combinant librement la voiture, les transports publics, le vélo (électrique) et les autres formes de micro-mobilité. Quel en sera l'impact sur le parc automobile ?