Tout sur Annick Boon

Le syndicat socialiste CGSP au sein de Bpost se montre "critique mais constructif" à propos du plan de l'entreprise de ne plus distribuer le courrier non-Prior que deux fois par semaine. "Nous avons encore mille et une questions." Le SLFP s'interroge pour sa part sur les modalités pratiques. Le syndicat libéral souligne l'importance du marché des colis pour les entreprises postales, surtout en matière d'emplois.

"C'est la crise chez bpost. Ce n'est pas seulement l'actionnaire qui en fait l'expérience, mais le personnel vit aussi des moments difficiles", affirme mardi Jean-Pierre Nyns, du syndicat socialiste à la suite de la décision de bpost de supprimer l'enlèvement des colis le samedi dans les bureaux de poste. Le secrétaire de la CGSP souligne que la pression au travail est devenue insupportable, alors que l'entreprise ne remplit pas les postes vacants. "En n'enlevant les colis que cinq jours par semaine au lieu de six, on peut faire des économies sur le personnel."