Tout sur Aléna

Un nouveau nom, les voitures, le lait et la volaille au coeur des négociations, un réexamen possible tous les dix ans... Voici ce qu'il faut savoir du nouveau traité commercial liant Etats-Unis, Canada et Mexique signé vendredi à Buenos Aires, en marge du sommet du G20.

Le président américain Donald Trump a salué lundi un "nouvel accord commercial magnifique" avec le Mexique et le Canada, arraché à la dernière minute dans la nuit de dimanche à lundi pour remplacer un traité de libre-échange crucial pour les économies des trois pays et vieux de près de 25 ans.

La ministre des Affaires étrangères canadienne est attendue à Washington mardi pour tenter d'arracher un accord commercial aux Etats-Unis --qui viennent de s'entendre avec le Mexique-- et sauver une version modernisée de l'accord de libre-échange nord-américain (Aléna) qui a intimement lié leurs trois économies depuis 1994.

Malgré l'incertitude qui plane sur l'avenir de l'accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA), les entreprises américaines poursuivent leur délocalisation au Mexique - où le salaire journalier d'un ouvrier n'est généralement que de quelque six euros - au grand mécontentement de Donald Trump. "Et l'hémorragie prend de l'ampleur : quand une entreprise délocalise sa production au Mexique, la concurrence n'a pas d'autre choix que de lui emboîter le pas."

Après les menaces du président américain Donald Trump de se retirer de l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna), les Etats-Unis ont semblé faire des concessions pour trouver un terrain d'entente avec le Canada et le Mexique.