Tout sur Agoria

Agoria, la fédération belge des entreprises du secteur technologique, lance une nouvelle marque avec l'ambition de créer, à terme, un pôle d'activités "sport & tech" à Tubize, proche du centre d'entraînement des Diables Rouges. Objectif: valoriser le savoir-faire belge en la matière et attirer des start-up du monde entier.

Notre pays compte plus de 300.000 demandeurs d'emploi et, pourtant, le nombre de postes vacants ne cesse d'augmenter. Ne faudrait-il pas obliger les bénéficiaires d'allocations sociales à se former à ces métiers en pénurie dont la collectivité a besoin?

D'ici à fin 2030, le secteur technologique a l'ambition de créer un total de 40.000 emplois supplémentaires, soit 16 par jour ouvrable. C'est ce qu'annonce mardi la fédération technologique Agoria, qui dresse son état des lieux semestriel du secteur.

La directrice en Wallonie de la fédération des entreprises du secteur technologique, Clarisse Ramakers, entend mettre ses multiples compétences au service de ses membres et poursuivre la transition numérique et verte.

Alors que la mutation digitale de nos entreprises implique de nouveaux profils de travailleurs et de nouvelles compétences, la plupart des sociétés voient encore la formation comme un coût, tandis que nombre d'initiatives et filières d'apprentissage se mettent en place. Pourtant, il reste encore du chemin alors que le défi est grand et urgent.

Agoria, "inquiet" de l'évolution des chiffres de la pandémie, a décidé de mettre à disposition de toutes les entreprises l'outil d'analyse du risque que la fédération de l'industrie technologique a elle-même développé. Celui-ci a déjà été utilisé par 400 sociétés et "a passé avec succès l'épreuve des inspections sociales à plusieurs reprises", se félicite lundi Agoria dans un communiqué.

Les opérateurs télécoms, réunis au sein d'Agoria, invitent les Régions à mettre en place les conditions permettant un déploiement de la 5G sur leur territoire, indique mercredi la fédération technologique, quelques jours après que le conseil des ministres a approuvé les textes permettant et encadrant la mise aux enchères des droits de la 5G en Belgique. Un tel cadre réglementaire et administratif régional est nécessaire afin de rendre possibles les investissements liés à cette technologie et de garantir l'emploi et la compétitivité des entreprises, insiste-t-elle.

Contrairement à ce qu'Agoria et la FEB affirment, il faut augmenter les salaires pour soutenir la croissance, plaident les organisations syndicales du Métal, alors que patrons et syndicats doivent prochainement entrer dans le vif du sujet des négociations pour la conclusion d'un accord interprofessionnel (AIP) 2021-2022.

Pour arriver à un taux d'emploi de 80% d'ici 10 ans, il faudra créer 600.000 nouveaux emplois, selon l'analyse de la fédération de l'industrie technologique Agoria en collaboration avec les offices de l'emploi Actiris, Forem et VDAB. Pour les pourvoir, il sera nécessaire de mettre à l'emploi des personnes pour l'instant inactives, a-t-on affirmé mercredi.

Il faudra encore au moins un an avant que n'aient lieu les enchères pour les fréquences radio de la 5G, annonçait vendredi matin la ministre fédérale des Télécommunications Petra De Sutter (Groen) dans La Libre Belgique et De Tijd. Agoria se réjouit cependant de sa promesse d'accélérer le processus pour cet internet mobile super rapide de 5e génération. Cette technologie sera "essentielle pour la relance économique", insiste la fédération du secteur technologique.

D'ici 2022, quelque 12.000 emplois risquent de passer à la trappe dans le secteur technologique, selon des calculs de la fédération sectorielle Agoria. Pour renouer avec les créations d'emplois, les décideurs politiques doivent prendre des mesures pour renforcer la compétitivité des entreprises belges, plaide Marc Lambotte, CEO d'Agoria.