Tout sur Agoria

Le niveau d'activité au sein de l'industrie technologique en juin était de 86%, contre 75% au début du mois de mai, et 50% début avril, a indiqué vendredi Agoria. Le pourcentage devrait augmenter à 90% dans les six prochains mois alors que la reprise ne sera pas encore complète en 2021 (aux alentours de 92%), prévoit la fédération sectorielle.

La crise sanitaire a brutalement éveillé la conscience des directions au sein d'entreprises qui tardaient, délibérément ou non, à se transformer pour saisir les opportunités numériques. Gare toutefois aux cyberattaques, de plus en plus nombreuses.

La fédération technologique Agoria réclame mercredi une campagne d'information neutre sur la 5G au gouvernement. Cela alors que 88 pylônes GSM ont été incendiés volontairement ces dernières semaines en Europe, dont un récemment en Belgique. Des faits contre lesquels l'organisation demande des sanctions sévères. Elle réfute par la même occasion les théories du complot selon lesquelles le coronavirus serait une conséquence du déploiement de la 5G.

La fédération de l'industrie technologique Agoria constate une faible reprise du travail dans les entreprises de son secteur, le taux d'activité moyen passant en 15 jours de 49,7 à 52,8%, selon le dernier baromètre publié vendredi. Un certain nombre d'entreprises ont trouvé des solutions techniques pour respecter les mesures de distanciation sociale, explique Agoria.

Le chiffre d'affaires des entreprises technologiques a diminué de moitié par rapport au mois de mars de l'année dernière, fait part lundi la fédération technologique Agoria, trois semaines après les premières mesures de confinement imposées en Belgique dans la cadre de la lutte contre la pandémie de coronavirus Covid-19.

Samsonite aide les voyageurs à réduire leur empreinte écologique. Le plus grand fabricant de bagages au monde a lancé la toute première valise en polypropylène (PP) fabriquée à partir de déchets plastiques ménagers recyclés. Et cette innovation a des accents belges puisque la recherche a été effectuée à Audenarde et que la valise est "made in Belgium".

Dans une étude récente, Agoria et essenscia ont analysé la contribution de l'industrie belge du plastique à l'économie circulaire. Bien que la marge d'amélioration soit encore importante, le débat doit aussi et surtout être nuancé. En effet, plastiques et économie circulaire sont parfaitement compatibles mais les défis sont complexes et nécessitent une coopération.

Le recyclage des plastiques en Belgique a augmenté de 54% depuis 2006, mais les plastiques recyclés ne sont pas encore pleinement exploités pour la production de nouveaux produits. Pourtant Agoria et essenscia ont publié une étude concertée qui démontre le potentiel des matières plastiques au sein de l'économie circulaire. Voici ce qui ressort de cette étude sur la place de l'industrie belge des plastiques au sein de l'économie circulaire.

Avant d'entamer une nouvelle vie et d'être utilisé pour fabriquer de nouveaux produits, nos déchets - en particulier plastiques - suivent un long parcours. Prenons l'exemple des matières plastiques qui se trouvent dans les véhicules hors d'usage ou les déchets électriques et électroniques. Comet Traitements est chargée de les récupérer pour les trier, les purifier au maximum et les réintégrer ensuite dans la filière plastique. Comment cela fonctionne? Quels sont les défis du secteur? Découvrez-le avec Hervé Demoulin, Ingénieur R&D chez Comet Traitements.

Lors du deuxième Belgian Plastics Day, organisé à Bruxelles début novembre, Agoria et essenscia Polymatters ont présenté - chiffres à l'appui - une analyse objective et un état des lieux clair de l'industrie belge du plastique en terme de recyclage.

Pas moins de 83% des PME industrielles belges considèrent la digitalisation comme une opportunité. Les entreprises de ce groupe qui sont déjà actives sur ce plan se concentrent principalement sur la digitalisation de leurs processus opérationnels, l'innovation numérique et le développement d'une culture d'entreprise numérique étant relégués au second plan. Pourtant, ces deux aspects recèlent également un énorme potentiel et des opportunités à foison. Telle est la conclusion d'Agoria, qui vient de présenter les résultats de la toute première étude à grande échelle sur la maturité numérique des PME industrielles en Belgique.

La Chine investit dans le sport, singulièrement dans le football, et veut par ailleurs retrouver une place de choix parmi les pays les plus influents du monde. Des éléments propices aux entreprises belges actives - et mondialement reconnues - dans les technologies du sport et l'organisation d'événements, bien représentées lors de la mission économique belge à Pékin et Shanghai.

Comment expliquer que certains acteurs industriels parviennent à générer de la valeur ajoutée grâce à leurs investissements numériques, tandis que d'autres font du sur place? Le Centre de recherche pour les systèmes d'information (CISR) du MIT a cherché à identifier les ingrédients qui composent la recette du succès. Le professeur Nils Fonstad présentera les résultats de cette étude lors du Digital Connect Forum organisé par Agoria le 4 décembre.

Yannick Bellon, 27 ans, travaille au service d'assistance à la clientèle et au service technique interne d'EREA, entreprise spécialisée dans les transformateurs électriques. Jusque-là rien de spécial. Sauf qu'avant cela, Yannick a travaillé dix ans comme... cuisinier! "Chez EREA, on m'encourage à continuer à apprendre et à saisir des opportunités".