Tout sur Agoria

Samsonite aide les voyageurs à réduire leur empreinte écologique. Le plus grand fabricant de bagages au monde a lancé la toute première valise en polypropylène (PP) fabriquée à partir de déchets plastiques ménagers recyclés. Et cette innovation a des accents belges puisque la recherche a été effectuée à Audenarde et que la valise est "made in Belgium".

Dans une étude récente, Agoria et essenscia ont analysé la contribution de l'industrie belge du plastique à l'économie circulaire. Bien que la marge d'amélioration soit encore importante, le débat doit aussi et surtout être nuancé. En effet, plastiques et économie circulaire sont parfaitement compatibles mais les défis sont complexes et nécessitent une coopération.

Le recyclage des plastiques en Belgique a augmenté de 54% depuis 2006, mais les plastiques recyclés ne sont pas encore pleinement exploités pour la production de nouveaux produits. Pourtant Agoria et essenscia ont publié une étude concertée qui démontre le potentiel des matières plastiques au sein de l'économie circulaire. Voici ce qui ressort de cette étude sur la place de l'industrie belge des plastiques au sein de l'économie circulaire.

Avant d'entamer une nouvelle vie et d'être utilisé pour fabriquer de nouveaux produits, nos déchets - en particulier plastiques - suivent un long parcours. Prenons l'exemple des matières plastiques qui se trouvent dans les véhicules hors d'usage ou les déchets électriques et électroniques. Comet Traitements est chargée de les récupérer pour les trier, les purifier au maximum et les réintégrer ensuite dans la filière plastique. Comment cela fonctionne? Quels sont les défis du secteur? Découvrez-le avec Hervé Demoulin, Ingénieur R&D chez Comet Traitements.

Lors du deuxième Belgian Plastics Day, organisé à Bruxelles début novembre, Agoria et essenscia Polymatters ont présenté - chiffres à l'appui - une analyse objective et un état des lieux clair de l'industrie belge du plastique en terme de recyclage.

Pas moins de 83% des PME industrielles belges considèrent la digitalisation comme une opportunité. Les entreprises de ce groupe qui sont déjà actives sur ce plan se concentrent principalement sur la digitalisation de leurs processus opérationnels, l'innovation numérique et le développement d'une culture d'entreprise numérique étant relégués au second plan. Pourtant, ces deux aspects recèlent également un énorme potentiel et des opportunités à foison. Telle est la conclusion d'Agoria, qui vient de présenter les résultats de la toute première étude à grande échelle sur la maturité numérique des PME industrielles en Belgique.

La Chine investit dans le sport, singulièrement dans le football, et veut par ailleurs retrouver une place de choix parmi les pays les plus influents du monde. Des éléments propices aux entreprises belges actives - et mondialement reconnues - dans les technologies du sport et l'organisation d'événements, bien représentées lors de la mission économique belge à Pékin et Shanghai.

Comment expliquer que certains acteurs industriels parviennent à générer de la valeur ajoutée grâce à leurs investissements numériques, tandis que d'autres font du sur place? Le Centre de recherche pour les systèmes d'information (CISR) du MIT a cherché à identifier les ingrédients qui composent la recette du succès. Le professeur Nils Fonstad présentera les résultats de cette étude lors du Digital Connect Forum organisé par Agoria le 4 décembre.

Yannick Bellon, 27 ans, travaille au service d'assistance à la clientèle et au service technique interne d'EREA, entreprise spécialisée dans les transformateurs électriques. Jusque-là rien de spécial. Sauf qu'avant cela, Yannick a travaillé dix ans comme... cuisinier! "Chez EREA, on m'encourage à continuer à apprendre et à saisir des opportunités".

Les centres de compétences bruxellois et wallons de l'industrie technologique forment environ 38 000 personnes chaque année. L'objectif est de reconvertir du personnel ou des demandeurs d'emploi aux nouvelles exigences du marché du travail. Un marché dont les besoins évoluent très rapidement sous l'effet de la transformation digitale des entreprises.

"La coopération entre l'homme et les robots présente un potentiel considérable pour relever les défis sociaux actuels." Voilà ce qu'affirme Bram Vanderborght, professeur de robotique à la VUB. "Pour que cela devienne possible, il nous reste à réaliser une série de percées technologiques et à répondre à certaines questions d'ordre éthique."

Dix-neuf étudiants en ingénierie de la KU Leuven ont mis au pointla BluePoint, la huitième voiture solaire belge qui participera, en octobre prochain, au Bridgestone World Solar Challenge, une course de 3.000 km.

Les marchés publics devraient être davantage attribués aux entreprises et travailleurs belges, estiment l'organisation d'employeurs Agoria et les syndicats des secteurs métal et technologies. En Allemagne, aux Pays-Bas et en France, les appels d'offres sont très souvent assignés aux entreprises nationales.

Earth Overshoot Day, le jour à partir duquel toutes les ressources naturelles, que la Terre met à disposition chaque année, sont épuisées. Cette année, ce jour est tombé le 29 juillet. Nous vivrons donc à crédit pendant tous les mois à venir. Et ce n'est pas une bonne nouvelle.

Agoria a salué la "saine ambition" du nouveau gouvernement bruxellois de voir Bruxelles devenir capitale européenne de la culture en 2030 mais Bruxelles peut déjà devenir capitale numérique de l'Europe d'ici 2025, estime la fédération de l'industrie technologique, qui souligne l'importance de déployer la 5G.

Agoria va développer un passeport reprenant les compétences numériques d'un travailleur, a-t-elle fait savoir mercredi au cours d'une journée d'études organisée à Bruxelles sur l'avenir du marché du travail. Agoria va collaborer dans ce projet avec les différents bureaux régionaux pour l'emploi (VDAB, Actiris et Forem) et des sociétés IT.