Tout sur Actiris

Le taux de chômage en Région bruxelloise s'élevait à 15,8% le mois passé, identique à celui d'août 2019, et en léger retrait (-0,2%) par rapport à août 2020, annonce jeudi Actiris. Fin août 2021, 90.863 chercheurs d'emploi inoccupés (DEI) étaient recensés en Région de Bruxelles-Capitale, soit une stabilisation par rapport à l'année précédente (-64 personnes, - 0,1%).

Le chômage a augmenté de 0,7% par rapport au mois de juin et de 1,1% par rapport au mois de juillet 2020. Il est en baisse chez les jeunes depuis un an (-7,7%) mais atteint toujours un taux de 20%. En Flandre, les chiffres du chômage sont en nette amélioration puisque la région compte 13% de demandeurs d'emploi en moins par rapport à l'année dernière à la même époque.

Bruxelles comptait près de 90.000 chercheuses et chercheurs d'emploi fin juin, soit une augmentation de 3% par rapport au même mois l'an dernier, annonce l'office de l'emploi bruxellois Actiris vendredi. L'organisme a publié plus du double d'offres par rapport à juin 2020, mais ces chiffres doivent être interprétés avec réserve.

Fin avril, la Région bruxelloise comptait 89.319 demandeurs d'emploi, soit 2.048 de plus par rapport à avril 2020 (+ 2,3%). La hausse du chômage est relativement semblable à celle constatée ces derniers mois, indique mardi Actiris. La réouverture des terrasses dans l'horeca le 8 mai prochain fait remonter les offres d'emploi dans ce secteur.

Le taux de chômage des femmes en Wallonie a augmenté deux fois moins que celui des hommes dans la foulée de la crise sanitaire, indique lundi le Forem, en cette Journée internationale des droits des femmes. Cela ne veut pas dire que les femmes ont été épargnées par la crise, loin de là, Actiris, l'office régional bruxellois de l'emploi, estimant même que la crise du coronavirus a renforcé les inégalités et la discrimination des femmes face à l'emploi.

Le chômage à Bruxelles a augmenté de 4,1% en décembre dernier sur base annuelle, contre 2,7% en novembre, indique mercredi Actiris, l'office régional de l'emploi. Fin décembre, la Région de Bruxelles-Capitale comptait 90.586 chercheurs d'emploi, soit 3.564 personnes de plus qu'en décembre 2019.

Pour arriver à un taux d'emploi de 80% d'ici 10 ans, il faudra créer 600.000 nouveaux emplois, selon l'analyse de la fédération de l'industrie technologique Agoria en collaboration avec les offices de l'emploi Actiris, Forem et VDAB. Pour les pourvoir, il sera nécessaire de mettre à l'emploi des personnes pour l'instant inactives, a-t-on affirmé mercredi.

Les services d'Actiris, l'office bruxellois de l'emploi, repassent au 100% digital, dès le 3 novembre, en raison de l'évolution de la situation sanitaire et des mesures prises par le gouvernement fédéral et le gouvernement bruxellois.

En septembre, Bruxelles comptait 90.680 chercheurs d'emploi, soit 3.448 de moins qu'en septembre 2017 (-3,7%). Il s'agit de la 47e baisse consécutive du chômage dans la capitale. Le taux de chômage atteint 16,2% de la population active, indique mardi Actiris.

La difficulté de nombreuses entreprises à trouver du personnel pourrait s'accentuer à l'avenir. Selon une étude de la fédération de l'industrie technologique Agoria et d'autres services de l'emploi (VDAB, Actiris, Forem), les jobs vacants seront plus nombreux que les personnes disponibles sur le marché du travail à partir de 2021. Quelque 600.000 emplois resteront inoccupés en 2030 sans mesures adéquates, d'après ses conclusions. Agoria plaide pour davantage de formations et une immigration économique ciblée.

Bruxelles Formation appelle la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Communauté flamande à accélérer les procédures menant à l'équivalence des diplômes. Dans la capitale, "43% des demandeurs d'emploi inscrits à Actiris ont des diplômes obtenus de l'étranger, pour la plupart au sein de l'Union européenne, et qui ne sont pas reconnus ici", déplore ainsi sa directrice Olivia P'tito dans les colonnes de L'Echo jeudi.