Tout sur Acier

Le groupe Bekaert va fermer une unité de production à Figline e Incisa Valdarno en Italie, annonce-t-il vendredi dans un communiqué. L'usine employait 318 personnes. La direction a "exprimé son intention d'entamer un dialogue visant à atténuer l'impact social", selon le groupe belge.

Les groupes sidérurgiques ArcelorMittal et Voestalpine ont confirmé vendredi que leurs locaux en Allemagne avaient aussi été perquisitionnés jeudi par l'Office allemand anti-cartel en raison de soupçons d'entente sur les prix de l'acier pour l'industrie automobile du pays.

Résultats contrastés pour ArcelorMittal à Liège, où la phase à chaud a amorcé une remontée positive en ce qui concerne ses résultats, contrairement à la phase à froid qui semble péricliter.

Un plan de restructuration pourrait être mis en place dans les prochaines semaines au sein de CFR, filiale d'ArcelorMittal à Seraing. Il pourrait se solder par la perte d'une trentaine d'emplois.

Syndex confirme la rentabilité d'une sidérurgie intégrée à Liège et met en avant ses atouts. Mais le bureau français de conseil ne toutefois donne pas cher de l'avenir du froid à Liège sans la présence du chaud. ArcelorMittal, de son côté, persiste et signe.

Le site de Carsid à Marcinelle est fermé par Duferco, faute de repreneurs. Les salariés étaient en chômage économique depuis 40 mois. Ont-ils attendu en vain ? Chronologie en huit étapes-clés.

Le site Carsid de Marcinelle définitivement fermé, et c'est à un véritable front politique fédéral/régional qu'en appelle le MR. Le ministre du Budget vise notamment les 200 millions d'euros prévus initialement pour le développement de l'usine.

Le haut-fourneau de Carsid ne redémarrera pas : ainsi en a décidé le groupe italo-suisse Duferco devant l'absence de repreneur et dans un contexte de crise économique. Les syndicats veulent négocier un plan social favorable aux travailleurs.

En 2010, le titre du producteur de fil d'acier a affiché un gain de 125 % et était la star absolue de la Bourse mais aujourd'hui, c'est la douche écossaise : depuis le début de l'année, l'action a subi une perte de 30 %. La concurrence chinoise est impitoyable.

Le taux d'absentéisme atteindrait 4 % à 5 % chez ArcelorMittal à Liège, nettement plus que dans le nord de la France (2 % à 3 %), avec un coût estimé entre 7 et 8 millions d'euros. Des chiffres jugés "interpellants" par le géant de l'acier.

Les trois premiers mois de 2011 ont été marqués, pour ArcelorMittal, par un regain d'activité et une augmentation des expéditions et des prix de vente. De quoi doper son bénéfice net à 1,1 milliard de dollars, contre 640 millions un an plus tôt.