Tout sur Acerta Consult

Un peu plus d'un travailleur en chômage temporaire pour force majeure sur 10 voit son salaire adapté par son employeur durant la crise liée au coronavirus, ressort-il de l'analyse d'Acerta RH sur les salaires de mars. Les cadres en bénéficient bien plus (17,5% d'entre eux) que les employés (11,9%) et les ouvriers (5,5%).

Au total, 15,3% des contrats à durée indéterminée ont été résiliés en Belgique en 2019, explique Acerta dans un communiqué jeudi. C'est la première baisse depuis trois ans. Le prestataire de services RH a mené une analyse basée sur les données de travailleurs en service auprès de 32.000 employeurs issus du secteur privé.

La fidélité des Belges envers leur employeur a progressé ces 10 dernières années, selon une étude du prestataire de services RH Acerta publiée mercredi. L'ancienneté moyenne s'élève à près de 10 ans et 10 mois aujourd'hui contre 10 ans et 1,5 mois en 2009. Le secteur financier affiche l'ancienneté moyenne la plus importante, avec 21 ans et neuf mois.

La part des jeunes de moins de 25 ans arrivant sur le marché du travail baisse année après année en Belgique, selon une enquête menée par le prestataire RH Acerta auprès de plus de 40.000 employeurs entre 2015 et aujourd'hui. Le secteur du non-marchand est de moins en moins populaire chez les jeunes, selon Acerta.

Malgré le trajet de réinsertion instauré en 2016, l'absentéisme de moyenne durée continue d'augmenter. Les grandes entreprises sont les plus touchées.

Tout juste 30% (29,6%) des contrats de travail à durée indéterminée (CDI) à compter du 1er janvier 2017 ont pris fin en cours d'année, indique l'entreprise de ressources humaines Acerta. L'année précédente, cette proportion était de 25%. Ce n'est que dans un cas sur trois qu'un terme est mis au contrat à l'initiative de l'employeur.

La réglementation 'cash for car', grâce à laquelle les travailleurs peuvent échanger leur voiture de société contre une indemnité moins imposée fiscalement, n'arrive visiblement pas à séduire. Depuis l'introduction de la mesure le 1er janvier 2018, à peine 0,065% des véhicules fournis par les entreprises ont ainsi été convertis en montant en cash, selon des statistiques publiées jeudi par la société de ressources humaines Acerta.