Tout sur accord interprofessionnel

La décision du gouvernement fédéral d'imposer une modération salariale rend impossible la conclusion d'un accord interprofessionnel (AIP) 2013-2014, a indiqué lundi la secrétaire générale de la FGTB, Anne Demelenne, dans le cadre d'une conférence de presse consacrée au "baromètre socio-économique 2013" du syndicat socialiste.

Sénat et Chambre ont approuvé le projet de loi validant l'accord interprofessionnel "amélioré" proposé par le gouvernement. Pour la FEB, il est temps que les syndicats acceptent la dure réalité et "mettent un terme aux actions".

Entre 1981 et 2010, les revenus primaires des sociétés ont augmenté de 235 %, contre 60 % seulement pour les salariés. Le PTB évalue donc cette "marge salariale cachée" à 27,3 milliards d'euros. Soit 932 euros bruts par travailleur et par mois en moyenne.

Un paragraphe caché dans l'AIP le laisse sous-entendre : une actualisation de la loi sur les contrats de travail pourrait signifier, pour les employeurs, une extension de l'obligation de motiver les licenciements.

L'idée, (re)lancée hier par la BNB, de réformer l'indexation des salaires a entraîné des réactions parfois tranchées dans les rangs politiques. Laurette Onkelinx a notamment affirmé : "Je n'entrerai jamais dans un gouvernement qui mettrait l'indexation automatique des salaires en cause !"

L'accord intervenu au sein du gouvernement sur une proposition de médiation maintient l'évolution salariale en 2012 à 0,3 % au-delà de l'indexation et des augmentations barémiques prévues en 2011 et 2012.

Un consensus est intervenu vendredi peu avant 3 heures, à l'issue de 10 heures de négociation, entre les principaux ministres du gouvernement quant au sort à réserver au projet d'accord interprofessionnel qui avait été refusé il y a une semaine par deux syndicats.

Le comité ministériel restreint discute encore du projet d'accord interprofessionnel que Joëlle Milquet, ministre de l'Emploi, assurait au CNE qu'un "accord équilibré", qui réponde à certaines demandes sociales exprimées par les syndicats tout en préservant la compétitivité des entreprises, est encore possible.

La FGTB Centre a annoncé avoir mis en exécution, dès 6h00 jeudi matin, son plan d'action en réaction au projet d'accord interprofessionnel 2011-2012, bloquant des hôpitaux, commerces et zonings d'entreprises dans la région du Centre.