Tout sur absentéisme

En 2015, le taux d'absentéisme de longue durée des travailleurs belges (plus d'un mois et moins d'un an) atteignait 2,81% des travailleurs, un record, selon le prestataire de services RH SD Worx qui a étudié le phénomène auprès de 18.000 entreprises. L'absentéisme de longue durée ne fait qu'augmenter depuis 2008: de 1,75 % en 2008, il atteint 2,81% en 2015.

Le taux d'absentéisme au travail des ouvriers et des salariés de 55 ans et plus est supérieur à celui, respectivement, des employés et des salariés de moins de 25 ans, relève jeudi une étude réalisée par l'Union Wallonne des Entreprises (UWE) et le Secrétariat social Partena.

Les fonctionnaires fédéraux wallons sont plus souvent absents que leurs collègues flamands et bruxellois, ressort-il de chiffres communiqués par le secrétaire d'Etat Hendrik Bogaert à la Chambre, dont Le Soir fait écho ce samedi. Cette différence entre régions se manifeste aussi dans le secteur privé, selon une étude de SD Worx.

Le constat est dressé par une étude réalisée par SD Worx; depuis 2002, l'absentéisme augmente de manière constante en Belgique, 2012 étant une année record. L'absentéisme aura coûté l'année dernière en moyenne 88.955 euros à une entreprise belge de plus de 100 travailleurs.

Le nombre d'absences pour cause de maladie de longue durée a fortement augmenté ces cinq dernières années (+20 pc), provoquant de ce fait une hausse des dépenses de l'INAMI. Le vieillissement des travailleurs est une des raisons qui expliquent cette hausse, indique jeudi le quotidien De Standaard.

De nombreux salariés manquaient à l'appel lundi dans les entreprises, à la suite de l'arrêt du trafic aérien survenu à la fin des vacances de Pâques en raison de l'éruption d'un volcan en Islande. Les employeurs ne sont pas dans l'obligation de rémunérer leurs salariés absents, souligne lundi l'Union des classes moyennes (UCM) dans un communiqué de presse.