La gourmette de votre communion ou l'alliance de votre grand-mère dort au fond d'un tiroir depuis des années. En or blanc ou jaune, sertis de pierres précieuses ou semi-précieuses, ces bijoux sont cassés, abîmés ou démodés. Pourquoi ne pas réutiliser les matériaux nobles qui les composent pour créer un bijou révélateur de votre personnalité que vous aurez plaisir à porter ou à offrir ? Face aux dérives de l'hyperconsommation, nous faisons le point sur les possibilités et leur coût.

Upcycling

Issue d'une famille d'artisans joaillers, Sara Esther Touijar a créé son propre label il y a sept ans. Elle fournit également des services de consulting à d'autres marques de bijoux. La Bruxelloise est intimement convaincue de la pertinence de l'upcycling (ou surcyclage en français) consistant à faire du neuf à partir de l'ancien. Une alternative écologique qui évite l'extraction de l'or voué à disparaître à l'horizon 2030 et revalorise un bijou en lui offrant un nouveau design ou une nouvelle fonctionnalité (créer un bracelet à partir d'une chevalière p. ex.). "Ce processus comporte aussi une importante dimension émotionnelle. Il permet en quelque sorte de conserver un objet auquel nous sommes attachés", souligne la créatrice-consultante.

La transformation de bijoux comporte une importante dimension émotionnelle

Si vous ne faites ni dans l'écologie ni dans les sentiments, sachez qu'il n'est pas intéressant financièrement de revendre vos bijoux. Sara Esther Touijar : "Des marques comme Cartier pratiquent des prix exorbitants sur des pièces somme toute classiques. Vous payez en effet le nom de la maison et le vendeur, l'accueil, le conseil et le service, le marketing et le packaging, ainsi que les taxes et la garantie." Autant d'éléments que vous ne pouvez pas refacturer en tant que particulier. Ainsi les bijoux, tout comme les voitures, perdent très vite de leur valeur.

Le marché de masse vu par Sara Esther Touijar

Spontanée et captivante, Sara Esther Touijar dénonce le marché de masse. "Depuis une quinzaine d'années, il est devenu très facile de produire des bijoux à bas prix en Chine ou en Indonésie, et pas seulement des breloques. Par conséquent, le secteur a explosé et les gammes se sont multipliées. À ces marchés de bas étage s'ajoutent les réseaux sociaux. Je ne compte même plus les comptes Instagram qui vendent des bijoux, c'est hallucinant ! Le consommateur se laisse piéger par des campagnes marketing agressives." L'envers du décor est loin d'être aussi radieux que le laissent croire les influenceurs. L'artisane épingle trois grands problèmes. "Ces bijoux sont fabriqués par des petites mains sous-payées. Une forme d'esclavagisme moderne qui recourt en outre à des techniques et des produits non respectueux de l'environnement. Enfin, il s'agit de piètres copies de pièces d'artisans qui travaillent dur pour proposer des créations originales." Quoi de plus frustrant pour ces (petites) entreprises que ces modèles maintes fois copiés (mais jamais égalés, qu'on se le dise !).

Les initiatives éthiques ne s'adressent pas uniquement aux écolos purs et durs ou aux intellectuels de la mode

Face à cette logique malsaine du made in China (comprenez : toujours plus au prix le plus bas), dans laquelle sont englués à la fois les consommateurs et les revendeurs, la créatrice souhaite s'orienter vers un public averti à coups de modèles uniques et/ou sur mesure. Des clients et des partenaires qui valorisent le travail de l'artisan et ne rechignent pas à payer le juste prix. Incarné par le "acheter moins mais mieux", son objectif s'inscrit parfaitement dans le cadre d'une révolution en marche. De nombreuses initiatives éthiques fleurissent et celles-ci ne s'adressent pas uniquement aux écolos purs et durs ou aux intellectuels de la mode. Parce qu'un consomma'cteur qui n'accepte pas passivement les biens et les services qu'on lui propose sommeille en chacun de nous.

Bague Atôme Sara Esther Touijar © Erwin Maes

De la théorie à la pratique avec Lara Malherbe

Animés par ces arguments et munis d'un écrin renfermant des bijoux anciens - deux gourmettes, deux croix, une paire de boucles d'oreilles et une boucle orpheline -, nous nous sommes rendus à l'atelier-boutique de l'artisane bijoutière Lara Malherbe à Liège. Objectif : faire expertiser nos bijoux, analyser les solutions de transformation et leur coût chez cette professionnelle qui maîtrise le travail du métal et le sertissage des pierres, de la création à la transformation en passant par la réparation.

Notre entrevue commence par l'expertise de nos joyaux et le test de la pierre de touche (une sorte d'ardoise), effectué sous nos yeux dans un souci de transparence. Lara Malherbe explique sa démarche tout en s'exécutant : "Je frotte d'abord les bijoux sur la pierre. Ensuite, je dépose une goutte d'acide sur les traces laissées par la poussière de métal pour mesurer la pureté et donc la valeur des montures. Si la trace s'efface, ce n'est pas de l'or." L'experte utilise une batterie d'acides correspondant à différents titrages en or. Et d'avertir : "Si vous envisagez de faire réaliser un bijou à partir d'une pièce ancienne, vous devez savoir que l'or qui présente de nombreuses soudures par exemple n'est pas réutilisable."

Une fois le métal précieux séparé du toc, Lara Malherbe procède à la pesée : 11,30 grammes d'or à dix-huit carats et 0,67 gramme d'or à neuf carats. Connectée en temps réel au cours qui change d'heure en heure, l'artisane nous annonce que le prix de l'or neuf est de 83 euros le gramme contre 22 euros pour l'or ancien. "Voilà pourquoi je déconseille fortement de revendre son or", ajoute-t-elle.

Je déconseille fortement de revendre son or

Prochaine étape : le choix du modèle. Avec l'or de nos bijoux et sur la base de nos goûts, Lara Malherbe calcule qu'elle pourra réaliser deux bracelets de style semainiers, trois bagues fines ou une bague torsadée plus imposante aux prix respectifs de 140 euros (contre 697 euros pour du neuf), 170 euros (vs 735 euros) et 150 euros (vs 708 euros). Les chiffrent parlent d'eux-mêmes et apportent à nouveau la preuve du prix prohibitif de l'or nouveau. À ces créations, il est possible d'ajouter une pierre. Pour rester dans une gamme de prix accessibles - le cheval de bataille de Lara Malherbe -, la Liégeoise propose un petit diamant champagne à la teinte plus foncée que son homologue blanc au prix de 79 euros.

Bagues Lara Malherbe © Lara Malherbe

Une question de priorité

À l'ère de la durabilité, la baisse des ventes des enseignes de la fast fashion montre que leur modèle - produire des micro-tendances rapidement, fréquemment et à bas prix - commence à s'essouffler. Il appartient au consommateur de prendre le train en marche et de faire des achats conscients. En plus de garantir des conditions de fabrication respectueuses de l'homme et de la planète, les créatrices que nous avons rencontrées prônent la qualité et l'échange avec le client. Une alternative qui s'adresse à tous, que vous soyez bobos-écolos, grands sentimentaux ou peu enclins à perdre de l'argent.