Les amateurs connaissent bien sûr la recon ride, lors de laquelle un cycliste professionnel explore à l'avance le parcours de la course. C'est en référence à cela que la marque de sport belge Peloton de Paris a donné son nom à une nouvelle collection. Celle-ci est intégralement constituée de matériaux recyclés. "Ce n'est que le début", affirme Wendy Janssens. Nous allons étudier toutes les possibilités qui existent pour rendre le monde du cyclisme plus durable et écologique."

La fabrication de vêtements de sport à partir de matériaux recyclés est émaillée d'essais et d'erreurs. Les tissus ne sont pas assez résistants, et ils ne sont ni respirants ni absorbants. C'est pourquoi de nombreuses grandes marques, comme Nike ou Adidas, s'en tiennent à des vêtements fabriqués à partir de tissus partiellement recyclés.

Le cyclisme en queue de peloton

"Le cyclisme était quelque peu à la traîne", explique Wendy Janssens. "Les shorts doivent être assez résistants pour la selle, tandis qu'il faut des maillots légers et respirants. Après avoir réalisé une série de tests et de prototypes, nous avons enfin mis au point la bonne combinaison."

De nombreux vêtements en polyester, dont d'anciens maillots de cyclisme, sont aujourd'hui rachetés par l'industrie textile. Les fibres de ces pièces sont remélangées et filées. Ajoutez-y des bouteilles en PET recyclées et vous obtenez un tissu suffisamment solide pour être réutilisé.

Le polyester a tendance à détendre les fibres pendant le lavage. Résultat : les microplastiques se retrouvent dans l'eau. Quoi qu'il en soit, il faut garder à l'esprit que même le coton biologique n'est pas 100% durable. Comme il est difficile de fabriquer des vêtements de sport à partir de matériaux non synthétiques, la version recyclée est à ce jour la meilleure option pour l'environnement.

Peloton de Paris
© Peloton de Paris

"Nous avons résolument voulu développer une alternative écologique et durable", poursuit Wendy Janssens. Ces préoccupations ne cessent de gagner du terrain dans notre société et les clients sont demandeurs. Nous avons décidé de prendre cette direction il y a deux ans. À l'époque, nous avons déniché un producteur en Italie, mais nous ne disposons des tissus adéquats que depuis l'année passée."

La première collection Recon se compose de cinq maillots aux designs variés et un cycliste noir orné de diverses poches sur les côtés ainsi que d'une pochette dorsale pour ranger le téléphone portable, les clés et/ou la nourriture. En matière de conditionnement, Peloton de Paris fait également le choix de l'écologie : tout est emballé dans des sacs compostables et des boîtes en papier recyclé.

Selon Wendy Janssens, ce n'est qu'un début pour Recon. La demande ne cesse de croître, et le marché se développe aussi bien au Japon qu'en Indonésie et aux États-Unis. "Le monde du cyclisme doit également prendre le train écologique et nous nous réjouissons d'être les premiers à bord."

Traduction : virginie·dupont·sprl

Les amateurs connaissent bien sûr la recon ride, lors de laquelle un cycliste professionnel explore à l'avance le parcours de la course. C'est en référence à cela que la marque de sport belge Peloton de Paris a donné son nom à une nouvelle collection. Celle-ci est intégralement constituée de matériaux recyclés. "Ce n'est que le début", affirme Wendy Janssens. Nous allons étudier toutes les possibilités qui existent pour rendre le monde du cyclisme plus durable et écologique."La fabrication de vêtements de sport à partir de matériaux recyclés est émaillée d'essais et d'erreurs. Les tissus ne sont pas assez résistants, et ils ne sont ni respirants ni absorbants. C'est pourquoi de nombreuses grandes marques, comme Nike ou Adidas, s'en tiennent à des vêtements fabriqués à partir de tissus partiellement recyclés.Le cyclisme en queue de peloton"Le cyclisme était quelque peu à la traîne", explique Wendy Janssens. "Les shorts doivent être assez résistants pour la selle, tandis qu'il faut des maillots légers et respirants. Après avoir réalisé une série de tests et de prototypes, nous avons enfin mis au point la bonne combinaison."De nombreux vêtements en polyester, dont d'anciens maillots de cyclisme, sont aujourd'hui rachetés par l'industrie textile. Les fibres de ces pièces sont remélangées et filées. Ajoutez-y des bouteilles en PET recyclées et vous obtenez un tissu suffisamment solide pour être réutilisé.Le polyester a tendance à détendre les fibres pendant le lavage. Résultat : les microplastiques se retrouvent dans l'eau. Quoi qu'il en soit, il faut garder à l'esprit que même le coton biologique n'est pas 100% durable. Comme il est difficile de fabriquer des vêtements de sport à partir de matériaux non synthétiques, la version recyclée est à ce jour la meilleure option pour l'environnement."Nous avons résolument voulu développer une alternative écologique et durable", poursuit Wendy Janssens. Ces préoccupations ne cessent de gagner du terrain dans notre société et les clients sont demandeurs. Nous avons décidé de prendre cette direction il y a deux ans. À l'époque, nous avons déniché un producteur en Italie, mais nous ne disposons des tissus adéquats que depuis l'année passée."La première collection Recon se compose de cinq maillots aux designs variés et un cycliste noir orné de diverses poches sur les côtés ainsi que d'une pochette dorsale pour ranger le téléphone portable, les clés et/ou la nourriture. En matière de conditionnement, Peloton de Paris fait également le choix de l'écologie : tout est emballé dans des sacs compostables et des boîtes en papier recyclé. Selon Wendy Janssens, ce n'est qu'un début pour Recon. La demande ne cesse de croître, et le marché se développe aussi bien au Japon qu'en Indonésie et aux États-Unis. "Le monde du cyclisme doit également prendre le train écologique et nous nous réjouissons d'être les premiers à bord."Traduction : virginie·dupont·sprl