C'est dans l'atmosphère chaleureuse de l'espace de coworking Chez Edmond que nous avons rencontré Denis Vanderlinden, tête pensante du Nomad Beer Project. Project Coordinator dans l'acier et grand amateur de bières, il a décidé de sauter le pas de la reconversion professionnelle après avoir suivi une formation de microbrasseur à l'IFAPME. "L'ambiance de l'entreprise dans laquelle je travaillais avait évolué à la suite de son rachat. Je ne m'y retrouvais plus", confie Denis. Ensuite s'est posée la question d'ouvrir ou non sa propre microbrasserie. Très vite le jeune quarantenaire, encouragé et soutenu par sa compagne Griet Destatsbader, a plutôt souhaité s'insérer dans le réseau existant des nombreux artisans désireux de rentabiliser leurs installations. Une décision correspondant parfaitement à la philosophie de son projet, qui fait la part belle à l'ancrage local et à la production durable.

Griet Destatsbader et Denis Vanderlinden © NBP

Une démarche créative

"J'ai testé une centaine de recettes. Ce que j'apprécie particulièrement, c'est le processus créatif. Sans parler de l'état d'excitation dans lequel je me trouve avant d'ouvrir pour la première fois une bière que j'ai moi-même imaginée, puis de la soumettre à nos proches avant de sonder les connaisseurs", se réjouit Denis.

La démarche de ce chimiste industriel de formation se caractérise par l'adaptation de ses recettes en fonction des rencontres et des opportunités qu'offre chaque province. Brassée en Flandre orientale, la Reb's a ainsi été agrémentée de miel local, un ingrédient fortuit qui s'est invité dans la recette de départ.

De toute façon, même si les ingrédients restent identiques, il arrive que la bière prenne un goût différent. En effet, elle est composée à 90% d'eau. Comme les caractéristiques de cette dernière fluctuent d'une région à l'autre, le simple fait de changer de province impliquera une saveur différente. "Il est possible de contrôler certains paramètres pour éviter cette variation, mais nous considérons que l'eau fait partie intégrante du terroir dans lequel nous brassons", explique Denis.

Un savoir-faire collaboratif

Le choix de Denis s'est porté sur la collaboration, qui lui semblait plus en phase avec ses valeurs que la compétition avec les autres artisans, d'autant plus que cela permet aux microbrasseurs d'optimaliser la rentabilité de leurs installations. Par ailleurs, Denis s'implique personnellement dans le brassage et va jusqu'à participer à la récolte du houblon.

Fonds propres

Le projet constitue un sacré défi, puisqu'il est financé sur fonds propres. Pour l'instant, vu que la petite entreprise de Denis et sa compagne en est à ses débuts, le couple prend personnellement en charge la location de chaque microbrasserie. Et comme ils assument à 100% les risques, il s'agit de ne pas se tromper sur les quantités à produire, et de ne brasser que ce qui pourra être écoulé. Denis insiste : "Nous devons être prudents. Nous aimons partager notre passion mais il faut être attentif à ne pas offrir trop de bières aux amis qui poussent la porte ou encore à des tiers, même à des fins promotionnelles."

Griet, la cofondatrice

Installée à Anvers, Griet, la compagne de Denis, se charge du volet communication (visuels, étiquettes, site web). C'est aussi la première goûteuse et donc la première à donner son avis. Elle représente aussi et surtout un soutien de tous les instants, que ce soit dans les moments de doute ou au cours des dégustations organisées lors d'événements promotionnels dans les établissements Horeca et autres petites épiceries.

Le Nomad Beer Project est une aventure familiale et Denis puise son inspiration auprès de ses enfants. Première bière brassée, la Reb's est en passe d'être rebaptisée du nom de son fils Richard. Et "pour que chaque membre de la famille ait sa bière", la prochaine sur la liste portera le nom du petit dernier qui ne devrait pas tarder à montrer le bout de son nez.

Hoppy Days

Du 18 au 20 octobre prochains, l'univers de la zythologie débarquera au palais des Congrès de Liège pour célébrer en grande pompe la chope. Dans une ambiance conviviale, plus de 50 brasseries proposeront une centaine de bières belges et étrangères aux Hoppy Days. L'occasion idéale pour Denis et Griet de présenter leur Liégeoise fraîchement brassée.

Houblon made in Liège

Une houblonnière d'un nouveau genre vient de voir le jour au sein d'une ferme familiale à Villers-l'Évêque. De la culture au séchage du houblon, elle prend en charge l'ensemble du processus de production. Samantha Salmon et Nicolas Dormal, les porteurs du projet, souhaitent proposer dix variétés de houblon issu d'une agriculture raisonnée. Voilà qui réjouira Denis et les brasseurs du coin.

Samantha Salmon et Nicolas Dormal © Christian Delvaux