Né à l'initiative de Liv Vaisberg et Clélie Debehault, le salon international Collectible met le focus sur des premières, des pièces uniques et des éditions limitées. Ces dernières années, cet événement bruxellois est devenu la plateforme par excellence du design contemporain de collection. Pour cette édition, les deux curatrices ont travaillé pour la première fois avec Campari, la légendaire marque d'apéritif italienne qui a toujours entretenu des liens étroits avec le monde de l'art et du design. Tihana Rapic, Managing Director Campari Group pour le Benelux: "La marque s'est toujours enthousiasmée pour la passion et la beauté qui sous-tendent toute création artistique". Pour l'occasion, cinq jeunes designers - Arnaud Eubelen, Daan De Wit, Orson Oxo Van Beek, Roxane Lahidji et Pierre De Valck - ont l'opportunité de présenter leurs créations dans un espace Campari spécial. Tihana Rapic: "C'est pour nous un véritable honneur d'associer notre marque à des spécialistes du design qui ne cessent de repousser les limites de la créativité et sont en quête d'idées innovantes afin de mettre l'art et le design au premier plan". Après l'événement, le grand public pourra (re)découvrir leurs oeuvres dans The Red Passion Gallery, la galerie d'art en ligne lancée par Campari durant la pandémie.
...

Né à l'initiative de Liv Vaisberg et Clélie Debehault, le salon international Collectible met le focus sur des premières, des pièces uniques et des éditions limitées. Ces dernières années, cet événement bruxellois est devenu la plateforme par excellence du design contemporain de collection. Pour cette édition, les deux curatrices ont travaillé pour la première fois avec Campari, la légendaire marque d'apéritif italienne qui a toujours entretenu des liens étroits avec le monde de l'art et du design. Tihana Rapic, Managing Director Campari Group pour le Benelux: "La marque s'est toujours enthousiasmée pour la passion et la beauté qui sous-tendent toute création artistique". Pour l'occasion, cinq jeunes designers - Arnaud Eubelen, Daan De Wit, Orson Oxo Van Beek, Roxane Lahidji et Pierre De Valck - ont l'opportunité de présenter leurs créations dans un espace Campari spécial. Tihana Rapic: "C'est pour nous un véritable honneur d'associer notre marque à des spécialistes du design qui ne cessent de repousser les limites de la créativité et sont en quête d'idées innovantes afin de mettre l'art et le design au premier plan". Après l'événement, le grand public pourra (re)découvrir leurs oeuvres dans The Red Passion Gallery, la galerie d'art en ligne lancée par Campari durant la pandémie. Qui sont les cinq jeunes créateurs de talent sélectionnés par Liv Vaisberg et Clélie Debehault et qui dévoilent, leur parcours et leur passion dans l'espace Campari? Tous sont en quête de nouvelles interprétations du mobilier contemporain, aspirant à créer des objets plus artistiques que fonctionnels, et susceptibles de devenir des pièces de collection uniques. Pour eux, circularité et durabilité ne sont pas de vains mots et, par la composition originale de leurs chaises, tables, lampes et armoires, ils entendent défier le spectateur et l'utilisateur. Liv Vaisberg et Clélie Debehault: "Choisir les artistes n'a pas été chose simple. Nous voulions refléter la passion que Campari considère comme si essentielle et sélectionner des artistes qui aient une histoire et une oeuvre solides. Tous possèdent une force de création presque animale qui les anime du matin au soir". Diplômé en 2018, le designer en objets et mobilier Daan De Wit a multiplié les expériences dans divers studios de design et d'architecture, dont celui de Junya Ishigami, jadis invité d'honneur à la Biennale de Tokyo. Dans son propre atelier, il conçoit principalement des petites collections d'objets fonctionnels où le mélange de matériaux et de techniques joue un rôle central. "Je ne considère pas mes objets comme purement fonctionnels, je ne me sens donc pas lié au langage archétypal des formes. Les pièces doivent être suffisamment puissantes pour se suffire à elles-mêmes, pour devenir des sortes de créatures vivantes." Mission accomplie, à en juger par ce Beetle Stool, un tabouret multifonctionnel en acier inoxydable, référant subtilement au scarabée, insecte par lequel le designer a été fasciné dès l'enfance. Pour la Stratum Saxum, une table basse avec socle en bambou découpé au laser et plateau en verre trempé bronze, il a mis au point une technique économe en matériaux et déchets, découpant les plaques de matériau en couches concentriques qu'il a assemblées à la main. daandewit.com @daandewitstudio Liégeois d'origine, Arnaud Eubelen travaille à l'intersection de la sculpture et du design. Il conçoit un design sculptural ou des sculptures-objets aux allures de pièces de mobilier. Par ses créations, il tente de faire redécouvrir au public la beauté des matériaux de construction industriels, en les utilisant dans un contexte très différent. Mais il est également photographe, que l'aide dans son travail de recherche d'associations entre matériaux et couleurs, formes et objets. Pour trouver de l'inspiration, il lui suffit de sortir de son studio. Il se dit surtout attiré par les chantiers de construction et les lieux délabrés. "J'aime l'idée que les choses ont une vie propre et que, même si elles ne sont plus belles, elles méritent de continuer à exister." Pour lui, le monde s'apparente à une "matériothèque", une collection de matériaux qu'il utilise pour ses objets dits du quotidien. Mais sa chaise One Time et son lampadaire A Preference to Stay sont en réalité des objets artistiques uniques se situant entre les références industrielles brutes et l'univers du luxe. arnaudeubelen.be @aeubelen.be Pour le designer belge Orson Oxo Van Beek, diplômé de la Design Academy à Eindhoven en 2019 et installé à Bruxelles, l'espace est une aire de jeux. Son activité est multiple - conception de mobilier, aménagement intérieur de boutiques, installations spatiales, scénographie pour le théâtre, mode... Des disciplines qu'il combine volontiers, ce qui donne lieu à une approche très artistique et conceptuelle, en ce compris pour son mobilier. C'est certainement le cas pour Ornamentum, résultat de sa première collaboration avec le créateur de mode Quinten Mestdagh. Fascinés par le mobilier ornemental et décoratif, les deux artistes se sont demandés pourquoi celui-ci était à ce point absent du design contemporain. Ils ont donc conçu une série de meubles décoratifs - chaise, table, lampe - référant aux styles baroque et rococo, et si richement décorés qu'ils en perdent leur fonctionnalité, devenant de purs ornements. orsonoxovanbeek.com @orsonvanbeek Née à Paris, la Française Roxane Lahidji a étudié l'illustration et la création de produit à Strasbourg puis le design social à la Design Academy à Eindhoven. Elle travaille désormais en Belgique. Dans sa quête de ressources renouvelables et de processus de production respectueux de l'environnement, elle a choisi de donner une nouvelle vie à des matériaux généralement négligés ou bon marché. Son travail qui combine procédés de basse technologie et techniques artisanales traditionnelles résulte en objets d'apparence luxueuse. En 2016, elle a lancé son projet "Sels marbrés", pour lequel elle a développé un composite minéral constitué à 90% de sel marin et de liants naturels. Il s'agit d'un matériau naturel et organique pour 80 à 95% - selon l'épaisseur de l'objet et la finition souhaitée - et dont les possibilités sont illimitées sur le plan de la forme, des dimensions, des textures et des couleurs. A preuve, la chaise Black&White et la table basse White. roxanelahidji.com @roxanelahidji Ce designer gantois est parti de sa fascination de jeunesse pour l'archéologie et les artefacts historiques, pour concevoir une série de meubles incrustés de pierres précieuses et de cristaux d'une valeur historique exceptionnelle. Ses Pieces with Stone constituent des sortes d'antiquités modernes qui tentent de replacer les processus géologiques anciens dans un contexte contemporain, devenant ainsi d'authentiques témoignages de notre mémoire collective. Les minéraux bruts, provenant tant des collines ardennaises que des mines afghanes, font de ces meubles des nouvelles pièces de collection pouvant se transmettre de génération en génération. pierredevalck.be @pierredevalck