Les formes caractéristiques et la géométrie sophistiquée de ce Stromer ST5 ABS lancé l'an dernier lui donnent belle allure. Tous les câbles se trouvant quasiment dissimulés dans le cadre et le guidon en aluminium, il faut un certain temps avant de trouver où connecter le chargeur (la recharge intégrale de la batterie ne prend pas plus de 5 heures et demie). Le bouton d'allumage ne se trouve pas facilement non plus. On a affaire, là, à un design entièrement intégré, selon la marque suisse Stromer, pionnière en la matière. Un coup d'oeil au manuel d'utilisation et voilà l'écran OMNI allumé. L'application associée permet de connecter le ST5 au smartphone, lequel peut être fixé au guidon - pour modifier les paramètres ou lire les données. Il est préférable de mettre les freins à disques hydrauliques en mode intermédiaire dans la mesure où ils sont particulièrement puissants - et ce, malgré le système de freinage antiblocage intégré, autre innovation de Stromer.
...

Les formes caractéristiques et la géométrie sophistiquée de ce Stromer ST5 ABS lancé l'an dernier lui donnent belle allure. Tous les câbles se trouvant quasiment dissimulés dans le cadre et le guidon en aluminium, il faut un certain temps avant de trouver où connecter le chargeur (la recharge intégrale de la batterie ne prend pas plus de 5 heures et demie). Le bouton d'allumage ne se trouve pas facilement non plus. On a affaire, là, à un design entièrement intégré, selon la marque suisse Stromer, pionnière en la matière. Un coup d'oeil au manuel d'utilisation et voilà l'écran OMNI allumé. L'application associée permet de connecter le ST5 au smartphone, lequel peut être fixé au guidon - pour modifier les paramètres ou lire les données. Il est préférable de mettre les freins à disques hydrauliques en mode intermédiaire dans la mesure où ils sont particulièrement puissants - et ce, malgré le système de freinage antiblocage intégré, autre innovation de Stromer. Le casque est obligatoire, tout comme le permis et le numéro de plaque: si la vitesse maximale autorisée d'un e-bike ordinaire est de 25 km/h, pour le speedpedelec, l'assistance électrique permet d'atteindre une vitesse de 45 km/h, ce qui, en matière de législation, le range dans la catégorie des vélomoteurs. A la différence de la plupart des vélos électriques, les Stromer Speed Pedelecs sont soutenus non pas par un moteur central mais par un moteur de roue arrière. Ce qui, selon le fabricant, offre plus d'élégance, d'élan, de dynamique, d'autonomie et de résistance à l'usure. Plus de plaisir, donc. Pourquoi toutes les marques n'adoptent-elles pas dès lors une telle configuration? En réalité, pour un VTT ou un vélo de confort ordinaire, le moteur central constitue sans doute une meilleure solution. Mais pas pour l'e-bike rapide - ce que sont tous les modèles de Stromer. Si les ST1 et ST3 ont été conçus comme vélos de confort, le ST5 est doté d'une technologie de pointe destinée au cycliste sportif. Le moteur fournit une puissance de 850 W et un couple de 48 Nm. Il est aussi équipé de roues plus grandes (27,5 pouces au lieu de 26) pour une meilleure sensation de conduite. Généralement, on commence par rouler sans assistance. Si le ST5 est un engin lourd - 27 kilos -, on ne ressent que peu d'inertie. En position 1, il faut encore pédaler énergiquement - mais en ayant la sensation d'avoir un petit vent dans le dos. Le dérailleur Shimano XTR Di2 à 11 vitesses passe électroniquement de l'une à l'autre de façon fluide et rapide. En position 2, le ST5 dépasse allégrement un scooter et, quelques instants plus tard, en position 3, il roule quasiment à la même vitesse que les voitures. La puissance et l'accélération s'avèrent impressionnantes et, grâce à son poids, le vélo tient parfaitement la route. Mais l'infrastructure, qui compte des pistes cyclables sinueuses, est conçue pour les vélos ordinaires et non pour les speedpedelecs. Pour leurs utilisateurs, trouver la place adéquate sur la route s'avère souvent compliqué. Sur celles où la vitesse maximale autorisée est de 50 km/h, les speedpedelecs peuvent rouler sur les pistes cyclables. Là où elle est supérieure, ils doivent les emprunter. Mais des panneaux spéciaux peuvent modifier la situation localement.Dans la réserve naturelle de Bourgoyen-Ossemeersen, on augmente sensiblement la cadence. En mode S - sport -, c'est non plus un petit vent mais un ouragan que l'on a dans le dos. En un rien de temps, on atteint les 49 km/h. Il est préférable, ici, de serrer les lèvres et de plisser les yeux pour traverser les essaims de moustiques. Mais il faut surtout faire attention aux promeneurs à pied et à vélo. La sonnette - un klaxon, en réalité - fait sursauter tout le monde. Ici, l'on peut tester le vélo sur différents sols. Les pneus Pirelli à gomme tendre, développés spécifiquement pour Stromer, témoignent d'une belle adhérence. Sur l'asphalte, le vélo présente un comportement sûr - également à haute vitesse dans les virages. Sur le sable et le gravier, il exige, bien sûr de la prudence, même s'il est équipé de l'ABS. Le soir tombe et le feu de route se révèle impressionnant. De retour au centre-ville, où s'applique la zone 30, on oublierait presque, sur un tel engin, que les radars veillent au grain. Après un parcours de 25 kilomètres et son lot de virages et d'arrêts, le test est bouclé. Stromer a mis au point le premier e-bike doté d'un verrouillage sans clé. Verrouillage et déverrouillage s'opèrent par smartphone via Bluetooth. Le GPS permet de savoir à tout moment la position du vélo et le trajet parcouru, et fait office de traceur. En cas de vol, la roue arrière se bloque, la lumière se met à clignoter et le klaxon s'enclenche. Rassurant, sans doute, mais le prix est l'avenant: 11.000 euros. Pour le modèle d'entrée de gamme ST1, le prix de base tourne autour des 5.000 euros. Plutôt conséquent. Les vélos peuvent aussi faire l'objet d'un leasing mais cela ne les rend pas moins chers. A sa décharge, Stromer fabrique des vélos électriques rapides de qualité supérieure depuis 2009. L'objectif du fondateur Thomas Bingelli était de définir un standard, loin de l'e-bike conçu comme vélo destiné aux retraités. Le point de départ a été l'élégance et la rapidité. Et le succès, prévisible. Stromer a vendu plus de 100.000 speedpedelecs dans 20 pays, dont la Belgique - le marché le plus important. Et les prix n'ont pas empêché la marque de devenir le leader du marché dans de nombreux pays. En mai 2021, l'entreprise de 140 salariés a été reprise par la société d'investissement française Naxicap Partners. The ultimate car killer, a-t-on pu lire dans la presse à propos de Stromer. C'était l'idée de départ: concevoir un vélo plus rapide qu'une voiture, qui résoudrait les problèmes d'embouteillages et changerait le monde, comme Apple l'a fait avec l'iPhone. Grâce à une plus grande batterie de 983 Wh, Stromer promet une autonomie de 180 kilomètres. En mode 1, et dans des conditions idéales. A vitesse maximale en mode sport, ce ne serait plus que 65 kilomètres environ, ce qui, dans la plupart des cas, paraît suffisant pour les déplacements quotidiens. Le speedpedelec apparaît comme une alternative sérieuse à la voiture dans de nombreuses circonstances, grâce à sa vitesse de pointe élevée, sa grande autonomie et... son facteur plaisir. Peut-être la voiture du futur sera-t-elle un vélo électrique.