Vous êtes amateur d'art et de design ? Vous souhaitez accrocher une oeuvre du nouveau Picasso ou Dali dans votre salle à manger ? Alors une visite à la quatrième édition de BAD est un incontournable sur votre to-do list. Le thème Start to Collect a pour objectif de soutenir les jeunes amateurs d'art et de design dans l'achat de leurs premières pièces. "Nous remarquons depuis un moment que beaucoup s'intéressent à l'art mais ne franchissent pas toujours le pas même s'ils disposent des fonds nécessaires pour acquérir une oeuvre", explique Tim Vanheers d'Artshizzle, qui promeut l'art et la culture au sein des entreprises. "Souvent ils se rendent à des salons ou passent dans une galerie sans rien acheter."

Pourquoi ne franchissent-ils pas le pas ?

"Parce que ces collectionneurs en herbe sont confrontés à un obstacle à la fois mental et physique. Mentalement, c'est le prix qui les rebute. La plupart des galeries ne communiquent pas de manière suffisamment transparente sur le prix des oeuvres d'art ou des objets de design. Et devoir poser la question constitue souvent un handicap. Si un prix n'est pas affiché, les novices pensent - parfois à tort - qu'il dépasse leur budget. Or, même les galeries les plus prestigieuses proposent des pièces à prix abordables. Il ne faut pas nécessairement dépenser plus de 2.000 euros pour une oeuvre d'art."

"Par ailleurs, ces collectionneurs débutants font face à un obstacle physique : leur difficulté à pénétrer dans une galerie d'art. Une étude de Kunst Aan Zet montre que de nombreuses galeries sont hors de portée aux yeux des gens par leur côté immaculé et leur caractère sacré souvent exacerbés. Start to Collect veut balayer ces peurs."

Rozemarijn De Keyser de Start To Collect avec l'une de ses premières pièces © BAD

Comment allez-vous procéder ?

"Notre but est surtout de donner des informations et des conseils pratiques aux débutants. Parce qu'ils ne savent absolument pas par où commencer. Pendant le salon, nous organiserons un atelier intitulé Écumer les galeries pour les nuls. Nous accompagnerons les visiteurs sur les différents stands. Cela permettra aux galeristes de parler des oeuvres, de leur prix, etc. et aux personnes intéressées de vaincre leurs appréhensions et d'oser franchir le seuil d'une galerie."

Le marché des collectionneurs est très vaste. Comment savoir quel est le meilleur investissement ?

"Le plus important est de vous laisser guider par votre passion et d'explorer ce marché. Renseignez-vous, faites vos propres recherches et comparez les galeries. Il y a celles qui vendent des oeuvres de première main. D'autres servent d'intermédiaires. Et lors d'une vente aux enchères, vous pouvez faire de vraies affaires."

"Discuter avec d'autres débutants peut aussi se révéler utile. Au cours de cette édition du BAD, nous souhaitons lancer une sorte de club. Les collectionneurs en herbe pourront alors se rendre en groupe dans les ateliers, les galeries ou encore chez les artistes afin d'échanger des conseils et des expériences."

Le terme collectionneur n'est-il pas galvaudé dans ce cas ?

"Les collectionneurs avérés ont également commencé à petite échelle. Ils ont acheté des oeuvres à des amis ou ont déniché une pièce à un prix démocratique. Nous voulons en outre désacraliser le terme collectionneur. Une oeuvre d'art ne doit pas nécessairement être hors de prix. La personne qui possède une vaste collection de céramiques se range aussi parmi les véritables collectionneurs."

"Par ailleurs, collectionner est un virus. On commence à tâtons mais ça devient généralement une addiction (rires). La plupart le font par passion. L'aspect financier, qui consiste à vendre des oeuvres en vue de réaliser un profit par la suite, est rarement la raison principale de la constitution d'une collection."

Start to Collect semble néanmoins être une initiative réservée aux happy few. Tout le monde n'a pas 1.000 euros à consacrer à l'achat d'une oeuvre.

"La phase pilote de Kunst Aan Zet débutera en septembre. Il s'agit d'une initiative du gouvernement flamand : un prêt sans intérêt pour les particuliers. Ce prêt qui leur permet d'acheter une oeuvre d'art ou de design n'est soumis qu'à une seule condition : l'oeuvre doit avoir été produite par un artiste ou un designer vivant et travaillant en Flandre ou à Bruxelles. C'est aussi une manière de soutenir les artistes locaux."

"Ce type de prêt peut porter sur un montant oscillant entre 500 et 7.000 euros à rembourser sur une période maximale de deux ans. Une initiative similaire aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne a boosté les ventes d'oeuvres d'art et de pièces de design uniques."

Informations

BELGIUM ART DESIGN est un événement consacré à l'art et au design qui aura lieu du 10 au 13 octobre 2019 au Floraliënhal de Gand. Les curateurs de cette quatrième édition sont Daan Rau, Johan Valcke, An Bogaerts et Tatjana Pieters. Ils inviteront notamment Henk Delabie, Dimitar Stankov, Vormen et Yves Pauwels (Falluce) à dévoiler leur côté le plus créatif.

Les catalogue des pièces mises en vente à l'occasion de Start to Collect sera posté en ligne ultérieurement.

Traduction : virginie·dupont·sprl