"Nous avons relayé les inquiétudes des travailleurs et mis en place un cadre de discussion pour la réunion de demain/mercredi. Là, nous pourrons explorer plusieurs pistes afin de sauver des emplois dans les deux entreprises", a indiqué Brahim Hilami, secrétaire fédéral de la centrale générale FGTB. Selon Laurent François, trois pistes sont à explorer: "Contester les fermetures, chercher d'éventuels repreneurs, même si actuellement il n'y a pas de piste sérieuse, et déterminer quelles activités pourraient être maintenues. Vu les fermetures brutales, nous devons explorer toutes les pistes, dont le soutien de la région. Nous n'avons pas parlé d'un soutien financier." D'après les syndicats, le secteur du verre a encore un avenir en Wallonie. "Nous sommes dans le creux de la vague mais quand la reprise viendra, la Wallonie ne peut pas être à la traîne", a-t-il ajouté. Le gouvernement wallon va désigner des experts afin d'explorer différentes pistes, a annoncé le ministre Marcourt. (Belga)

"Nous avons relayé les inquiétudes des travailleurs et mis en place un cadre de discussion pour la réunion de demain/mercredi. Là, nous pourrons explorer plusieurs pistes afin de sauver des emplois dans les deux entreprises", a indiqué Brahim Hilami, secrétaire fédéral de la centrale générale FGTB. Selon Laurent François, trois pistes sont à explorer: "Contester les fermetures, chercher d'éventuels repreneurs, même si actuellement il n'y a pas de piste sérieuse, et déterminer quelles activités pourraient être maintenues. Vu les fermetures brutales, nous devons explorer toutes les pistes, dont le soutien de la région. Nous n'avons pas parlé d'un soutien financier." D'après les syndicats, le secteur du verre a encore un avenir en Wallonie. "Nous sommes dans le creux de la vague mais quand la reprise viendra, la Wallonie ne peut pas être à la traîne", a-t-il ajouté. Le gouvernement wallon va désigner des experts afin d'explorer différentes pistes, a annoncé le ministre Marcourt. (Belga)