Les négociations sur le volet social concernant le licenciement des 23 ouvriers prévu dans l'actuelle restructuration de l'entreprise, se sont enlisées depuis juin dernier pour aboutir à un blocage complet le 22 août lors de la conciliation sociale, les ouvriers menaçant même de partir en grève. Les négociations ont cependant repris ce lundi dans un "bon climat car les deux parties souhaitent aboutir à une solution", ont annoncé les syndicats au terme de cette première journée de négociations, celles-ci devant déboucher pour fin de semaine à un accord. Les syndicats estiment que "d'après les actuels calculs, même si des interrogations subsistent, la convention de 2006 reste la base de négociations et on se rapproche fort de cette dernière", souligne encore le front commun. Les négociations se poursuivront demain après-midi. Schneider, société qui emploie actuellement 87 personnes, procède à un plan de restructuration qui concerne 17 employés et cadres et 23 ouvriers. (Belga)

Les négociations sur le volet social concernant le licenciement des 23 ouvriers prévu dans l'actuelle restructuration de l'entreprise, se sont enlisées depuis juin dernier pour aboutir à un blocage complet le 22 août lors de la conciliation sociale, les ouvriers menaçant même de partir en grève. Les négociations ont cependant repris ce lundi dans un "bon climat car les deux parties souhaitent aboutir à une solution", ont annoncé les syndicats au terme de cette première journée de négociations, celles-ci devant déboucher pour fin de semaine à un accord. Les syndicats estiment que "d'après les actuels calculs, même si des interrogations subsistent, la convention de 2006 reste la base de négociations et on se rapproche fort de cette dernière", souligne encore le front commun. Les négociations se poursuivront demain après-midi. Schneider, société qui emploie actuellement 87 personnes, procède à un plan de restructuration qui concerne 17 employés et cadres et 23 ouvriers. (Belga)