"En tant que politique, il faut être là aussi quand les gens sont en souffrance. J'étais déjà là lundi à la sortie de l'usine", a indiqué le président du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Jean-Charles Luperto avait demandé au ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt, une étude sur le secteur de verre. "Aujourd'hui, comme l'a révélé la Sogepa, il y a de la place pour une filière de recyclage du verre à Sambreville. Il serait possible de créer une centaine d'emplois et ici, nous avons des ouvriers expérimentés", a ajouté le bourgmestre, fils d'un ancien ouvrier de Saint-Gobain. Rassemblés depuis 6h00, les travailleurs, en grève pour 24 heures, créent d'importants embarras de circulation et devraient quitter les lieux au plus tard à 10h00. Le travail devrait reprendre sur le site de Saint-Gobain Sekurit Auvelais mercredi à 6h00. Le prochain rendez-vous entre direction et syndicats aura lieu le 16 avril prochain. (PVO)

"En tant que politique, il faut être là aussi quand les gens sont en souffrance. J'étais déjà là lundi à la sortie de l'usine", a indiqué le président du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Jean-Charles Luperto avait demandé au ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt, une étude sur le secteur de verre. "Aujourd'hui, comme l'a révélé la Sogepa, il y a de la place pour une filière de recyclage du verre à Sambreville. Il serait possible de créer une centaine d'emplois et ici, nous avons des ouvriers expérimentés", a ajouté le bourgmestre, fils d'un ancien ouvrier de Saint-Gobain. Rassemblés depuis 6h00, les travailleurs, en grève pour 24 heures, créent d'importants embarras de circulation et devraient quitter les lieux au plus tard à 10h00. Le travail devrait reprendre sur le site de Saint-Gobain Sekurit Auvelais mercredi à 6h00. Le prochain rendez-vous entre direction et syndicats aura lieu le 16 avril prochain. (PVO)