Le bénéfice net a reculé de 15,3% l'an dernier à 1,77 milliard d'euros, selon les chiffres communiqués jeudi. Mais ce montant inclut une plus-value exceptionnelle de 924 millions d'euros liée à la liquidation de la participation dans le groupe suédois AB Volvo. Le bénéfice d'exploitation a chuté à 122 millions (contre 1,24 milliard en 2011) et le chiffre d'affaires a reculé de 3,2% à 41 milliards. Pour cette année, Renault prévoit un marché automobile européen en recul de 3% et un marché français baissant de 3 à 5%. Malgré ce pronostic toujours morose, le constructeur, moins dépendant de l'Europe que son rival Peugeot PSA, table sur une augmentation de ses ventes. Le conseil d'administration de Renault a validé mercredi soir le report de 30% de la part variable de la rémunération de M. Ghosn "de l'année 2012 au 31 décembre 2016", en cas d'accord avec les syndicats sur la compétitivité sur les sites français. En 2011, la part variable du salaire du PDG de Renault était de 1,59 million d'euros et la part fixe de 1,23 million. M. Ghosn reçoit aussi une rémunération substantielle en sa qualité de patron de Nissan. (PVO)

Le bénéfice net a reculé de 15,3% l'an dernier à 1,77 milliard d'euros, selon les chiffres communiqués jeudi. Mais ce montant inclut une plus-value exceptionnelle de 924 millions d'euros liée à la liquidation de la participation dans le groupe suédois AB Volvo. Le bénéfice d'exploitation a chuté à 122 millions (contre 1,24 milliard en 2011) et le chiffre d'affaires a reculé de 3,2% à 41 milliards. Pour cette année, Renault prévoit un marché automobile européen en recul de 3% et un marché français baissant de 3 à 5%. Malgré ce pronostic toujours morose, le constructeur, moins dépendant de l'Europe que son rival Peugeot PSA, table sur une augmentation de ses ventes. Le conseil d'administration de Renault a validé mercredi soir le report de 30% de la part variable de la rémunération de M. Ghosn "de l'année 2012 au 31 décembre 2016", en cas d'accord avec les syndicats sur la compétitivité sur les sites français. En 2011, la part variable du salaire du PDG de Renault était de 1,59 million d'euros et la part fixe de 1,23 million. M. Ghosn reçoit aussi une rémunération substantielle en sa qualité de patron de Nissan. (PVO)