L'institution de Francfort escompte désormais une inflation de 1,4% en 2019, contre 1,5% selon ses dernières prévisions datant de décembre, mais table sur une croissance de 2,4% en 2018, contre 2,3% jusqu'ici, a indiqué son président Mario Draghi en conférence de presse.

Ses autres prévisions à horizon 2020 restent inchangées.

La BCE table toujours sur une inflation de 1,4% pour 2018, et de 1,7% en 2020, ce qui signifie un lent rapprochement vers son objectif d'une hausse des prix à la consommation "inférieure mais proche de 2%".

La croissance de l'économie de la zone euro devrait ralentir à 1,9% en 2019 et 1,7% en 2020, comme déjà estimé en décembre.

M. Draghi a signalé des risques qui pèsent sur la croissance, "principalement liés à des facteurs globaux incluant le protectionnisme croissant et les développements sur le marché des changes et les autres marchés financiers", sur fond de craintes de guerre commerciale entre les Etats-Unis et leurs partenaires.

La Banque centrale européenne a maintenu jeudi ses taux directeurs au plus bas mais renonce désormais à renforcer son programme de rachats de dette, surnommé "QE", amorçant ainsi un prudent retrait de son vaste soutien à l'économie.