Le PMI composite s'est établi à 47,7 points en mai, a confirmé le cabinet Markit. Le mois précédent, il s'était établi à 46,9. Lorsque le PMI composite dépasse 50 points, cela signifie que l'activité progresse, tandis qu'elle se contracte s'il est inférieur à ce seuil. Point positif: l'activité allemande est repassée en territoire positif en mai, à 50,2 points, "l'amélioration des performances de son secteur manufacturier compensant une légère baisse de l'activité dans celui des services", indique Markit.

L'activité a continué de se contracter dans les trois grandes autres économies de la zone euro, mais là encore il y a des signes d'amélioration. L'activité privée est à son meilleur niveau en cinq mois en France (PMI à 44,6), elle s'est stabilisée en Italie (PMI à 46,6) et elle s'est nettement redressée en Espagne où le PMI espagnol a atteint son meilleur niveau en deux ans, à 47,2.

En dépit de ces améliorations, la situation reste préoccupante, estime Chris Williamson, chef économiste chez Markit: "la zone euro reste enlisée dans sa plus longue phase de récession depuis sa création, et le deuxième trimestre 2013 devrait, selon toute probabilité, se solder par un nouveau repli trimestriel de l'activité, qui serait alors le septième consécutif". "En l'absence de foyer de croissance dans la région, il paraît difficile d'envisager, au-delà d'une simple stabilisation de l'activité, une reprise prochaine de l'économie de la zone euro", conclut-il.

Le PMI composite s'est établi à 47,7 points en mai, a confirmé le cabinet Markit. Le mois précédent, il s'était établi à 46,9. Lorsque le PMI composite dépasse 50 points, cela signifie que l'activité progresse, tandis qu'elle se contracte s'il est inférieur à ce seuil. Point positif: l'activité allemande est repassée en territoire positif en mai, à 50,2 points, "l'amélioration des performances de son secteur manufacturier compensant une légère baisse de l'activité dans celui des services", indique Markit. L'activité a continué de se contracter dans les trois grandes autres économies de la zone euro, mais là encore il y a des signes d'amélioration. L'activité privée est à son meilleur niveau en cinq mois en France (PMI à 44,6), elle s'est stabilisée en Italie (PMI à 46,6) et elle s'est nettement redressée en Espagne où le PMI espagnol a atteint son meilleur niveau en deux ans, à 47,2. En dépit de ces améliorations, la situation reste préoccupante, estime Chris Williamson, chef économiste chez Markit: "la zone euro reste enlisée dans sa plus longue phase de récession depuis sa création, et le deuxième trimestre 2013 devrait, selon toute probabilité, se solder par un nouveau repli trimestriel de l'activité, qui serait alors le septième consécutif". "En l'absence de foyer de croissance dans la région, il paraît difficile d'envisager, au-delà d'une simple stabilisation de l'activité, une reprise prochaine de l'économie de la zone euro", conclut-il.