Le comité ministériel restreint a bouclé mardi soir le budget 2014 au terme d'un nouvel effort de 561 millions d'euros largement entamé en juillet dernier. Il a également annoncé avoir dégagé 151 millions d'euros en faveur de mesures de relance, soit 260 millions d'euros, en tenant compte du travail fourni en juillet. Des moyens insuffisants pour résorber le handicap salarial, juge le Voka, qui demande que la part des dépenses publiques dans le PIB redescende de 54 à 50% d'ici 2016.

L'organisation patronale flamande aurait également préféré, vu les moyens disponibles, l'adoption d'une mesure, comme une baisse des charges sur le travail en équipe, plutôt qu'un saupoudrage de plusieurs petites mesures. Aux yeux du Voka, une baisse des charges est plus importante qu'une diminution de la TVA sur l'électricité.

L'organisation patronale déplore enfin que la discussion sur la loi de 1996 relative à la compétitivité soit remise à plus tard.

Le comité ministériel restreint a bouclé mardi soir le budget 2014 au terme d'un nouvel effort de 561 millions d'euros largement entamé en juillet dernier. Il a également annoncé avoir dégagé 151 millions d'euros en faveur de mesures de relance, soit 260 millions d'euros, en tenant compte du travail fourni en juillet. Des moyens insuffisants pour résorber le handicap salarial, juge le Voka, qui demande que la part des dépenses publiques dans le PIB redescende de 54 à 50% d'ici 2016. L'organisation patronale flamande aurait également préféré, vu les moyens disponibles, l'adoption d'une mesure, comme une baisse des charges sur le travail en équipe, plutôt qu'un saupoudrage de plusieurs petites mesures. Aux yeux du Voka, une baisse des charges est plus importante qu'une diminution de la TVA sur l'électricité. L'organisation patronale déplore enfin que la discussion sur la loi de 1996 relative à la compétitivité soit remise à plus tard.