"Nous ne pouvons réellement nous permettre une stagnation politique complète jusqu'en mai 2019, voire bien au-delà, compte tenu de la formation d'un nouveau gouvernement fédéral", souligne Robert de Mûelenaere, administrateur délégué de la Confédération Construction.

"N'oublions pas que l'économie ralentit doucement, et que le Brexit et la guerre commerciale internationale peuvent engendrer un climat économique houleux. Sans compter que l'approvisionnement énergétique des entreprises et des citoyens est des plus incertains pour les mois à venir. La vigilance est donc de mise, de même que la capacité d'intervenir immédiatement et avec l'autorité nécessaire."

Nombre de mesures importantes, comme le jobs deal, doivent en outre encore être approuvées. La Confédération Construction espère dès lors que le Parlement jouera son rôle, et ratifiera cet ensemble de mesures.