Le parquet de Bruxelles confirme qu'une telle enquête est ouverte depuis le début de l'année. Un certain nombre d'anciens serveurs obsolètes auraient disparu des bâtiments de la Commission et auraient ensuite été vendus au privé pour 6.000 euros.

"Nous cherchons à savoir s'il s'agit d'une erreur ou d'un délit", précise le parquet selon lequel la plainte vise le directeur-général Peter Naessens et a été introduite en mai par Etienne Marique, magistrat et président de la Commission. Ce dernier n'a pas désiré donner plus de commentaires mais parle d'une "affaire pénible".

Le directeur-général Peter Naessens rétorque que cette plainte ne tient pas la route. "Elle est basée sur des rumeurs", affirme son avocate Anne Marie De Clerck. "L'enquête le prouvera. Mon client jouit d'une réputation irréprochable".