L'année dernière a été marquée par un "certain nombre de corrections à la lumière des incertitudes concernant le Brexit et les tensions géopolitiques internationales", explique PensioPlus. "En raison de plusieurs évolutions fondamentales positives, telles que l'emploi, les résultats des entreprises et la situation aux Etats-Unis", ces reculs "ont été corrigés au début de 2019 par des rendements positifs", de l'ordre de 2,20% fin février notamment.

Ceci dit, l'ASBL rappelle que les perspectives de croissance modérées pour 2019 obligent les IRP à rester attentives et leur conseille d'investir dans l'économie réelle pour se protéger de l'inflation et assurer le caractère long terme et l'adéquation des pensions complémentaires ainsi que parce que "les obligations ne sont plus sûres et qu'elles ont une volatilité croissante".

A l'approche des élections du 26 mai, PensioPlus a également rédigé un memorandum à l'attention des futurs élus pour leur rappeler que "la chute des montants des retraites rend nécessaire une approche globale". "Le tandem formé par la solidarité de la répartition dans le premier pilier et la capitalisation dans le deuxième pilier sont une nécessité", insiste PensioPlus, pressant entre autres les futurs élus à "se concentrer sur une pension complémentaire pour les travailleurs dans les PME et les contractuels dans le secteur public".