Les 25 et 26 juillet derniers, le personnel de cabine de la compagnie à bas coûts avait mené une grève en Belgique, en Italie, au Portugal et en Espagne. L'entreprise avait réagi en envoyant un courrier menaçant à ces travailleurs.

La CNE s'était ensuite adressée au Premier ministre Charles Michel, au ministre de l'Emploi Kris Peeters, au président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et à la commissaire européenne à l'Emploi Marianne Thyssen, leur demandant de réagir en fonction de leurs compétences.

Rappel de la législation européenne

Dans une lettre qu'a pu consulter Belga, cette dernière rappelle la législation européenne. "En ce qui concerne le droit du travail applicable, l'article 8 du règlement Rome I reconnaît au travailleur la protection des dispositions auxquelles il ne peut être dérogé par accord en vertu de la loi du pays dans lequel, ou à défaut, à partir duquel le salarié travaille habituellement ("lieu habituel de travail")", y souligne-t-elle, au nom de Jean-Claude Juncker.

Le syndicat chrétien se félicite de ce rappel de la réglementation de la part de la Commission européenne mais déplore que cette lettre n'intime pas à Ryanair de la respecter. Son secrétaire permanent Didier Lebbe lui demande dès lors "d'intervenir et de jouer son rôle d'autorité". "C'est très bien de rappeler la loi. Mais comment la faire appliquer à présent? ", s'interroge le responsable de la CNE.

Les 25 et 26 juillet derniers, le personnel de cabine de la compagnie à bas coûts avait mené une grève en Belgique, en Italie, au Portugal et en Espagne. L'entreprise avait réagi en envoyant un courrier menaçant à ces travailleurs. La CNE s'était ensuite adressée au Premier ministre Charles Michel, au ministre de l'Emploi Kris Peeters, au président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et à la commissaire européenne à l'Emploi Marianne Thyssen, leur demandant de réagir en fonction de leurs compétences. Dans une lettre qu'a pu consulter Belga, cette dernière rappelle la législation européenne. "En ce qui concerne le droit du travail applicable, l'article 8 du règlement Rome I reconnaît au travailleur la protection des dispositions auxquelles il ne peut être dérogé par accord en vertu de la loi du pays dans lequel, ou à défaut, à partir duquel le salarié travaille habituellement ("lieu habituel de travail")", y souligne-t-elle, au nom de Jean-Claude Juncker. Le syndicat chrétien se félicite de ce rappel de la réglementation de la part de la Commission européenne mais déplore que cette lettre n'intime pas à Ryanair de la respecter. Son secrétaire permanent Didier Lebbe lui demande dès lors "d'intervenir et de jouer son rôle d'autorité". "C'est très bien de rappeler la loi. Mais comment la faire appliquer à présent? ", s'interroge le responsable de la CNE.