En décembre 2015, les dirigeants du monde entier se sont engagés à Paris à limiter le réchauffement de la planète à 2 °C grand maximum par rapport à l'époque préindustrielle, pour éviter de funestes dérèglements climatiques. Tout le monde a convenu que les détails seraient réglés plus tard. En 2018, ce travail ingrat - traduire la noble rhétorique parisienne en mesures pratiques - incombera aux délégués réunis à Katowice, une ville du sud de la Pologne qui accueillera le sommet annuel des Nations unies sur le climat. Il n'y a pas de quoi être optimiste, et ce pour deux raisons.
...