La décision de Standard and Poor's reflète "l'affaiblissement des perspectives de croissance de l'Italie" et "notre appréciation selon laquelle la fragilité de la coalition au pouvoir et les divergences politiques au Parlement vont probablement continuer de limiter la capacité de l'Etat à répondre de manière décisive à un environnement macroéconomique difficile sur le plan intérieur et extérieur", écrit l'agence dans un communiqué. L'agence précise que les critères de son évaluation ayant trait au "facteur politique" et à la taille de la dette ont été "les principaux déterminants de l'abaissement" de la note italienne.

"Les évaluations de Standard and Poor's semblent plus dictées par les articles des quotidiens (NDLR: sur les coulisses de la politique) que par la réalité des choses et ils apparaissent faussées par des considérations politiques", a jugé le gouvernement de Silvio Berlusconi dans un communiqué, en réaffirmant la "solidité" de la majorité.

L'Italie était notée "A+" par Standard and Poor's depuis octobre 2006. Aux yeux de l'agence, l'Italie reste dans la catégorie des émetteurs obligataires solides mais susceptibles d'être affectés par des changements de la situation économique.

Trends.be avec Belga

La décision de Standard and Poor's reflète "l'affaiblissement des perspectives de croissance de l'Italie" et "notre appréciation selon laquelle la fragilité de la coalition au pouvoir et les divergences politiques au Parlement vont probablement continuer de limiter la capacité de l'Etat à répondre de manière décisive à un environnement macroéconomique difficile sur le plan intérieur et extérieur", écrit l'agence dans un communiqué. L'agence précise que les critères de son évaluation ayant trait au "facteur politique" et à la taille de la dette ont été "les principaux déterminants de l'abaissement" de la note italienne. "Les évaluations de Standard and Poor's semblent plus dictées par les articles des quotidiens (NDLR: sur les coulisses de la politique) que par la réalité des choses et ils apparaissent faussées par des considérations politiques", a jugé le gouvernement de Silvio Berlusconi dans un communiqué, en réaffirmant la "solidité" de la majorité. L'Italie était notée "A+" par Standard and Poor's depuis octobre 2006. Aux yeux de l'agence, l'Italie reste dans la catégorie des émetteurs obligataires solides mais susceptibles d'être affectés par des changements de la situation économique. Trends.be avec Belga